Championnats étrangers

L'international anglais Raheem Sterling a accusé dimanche les journaux britanniques d'"alimenter le racisme" par leur manière de parler des footballeurs noirs, au moment où une enquête a été ouverte sur des soupçons d'insultes racistes le visant lors de Manchester City-Chelsea samedi.

Le joueur de 24 ans a posté sur Instagram un texte accompagné de deux captures d'écrans d'articles du Daily Mail. Le premier à propos de Tosin Adarabioyo, le second sur Phil Foden, deux jeunes coéquipiers de Sterling à Manchester City qui ont acheté une maison pour plus de 2 millions d'euros, selon le journal.

"Le jeune garçon noir (Adarabioyo) est considéré sous un mauvais jour. Ce qui contribue à alimenter le racisme et les comportements agressifs", a écrit Sterling.

Alors que l'article sur Adarabioyo se concentre sur le fait d'avoir dépensé 2,25 millions de livres sterling (environ 2,4 millions d'euros) pour une propriété sans avoir fait une apparition en Premier League, le milieu de terrain blanc Foden, 18 ans, est décrit comme ayant "préparé un avenir".

"Vous avez deux jeunes joueurs en début de carrière, (...) tous deux ont fait une bonne action, c'est-à-dire acheter une nouvelle maison pour leurs mères qui ont consacré beaucoup de temps et d'amour à les aider à arriver où ils sont", a déclaré Sterling, qualifiant le traitement médiatique d'"inacceptable".

"Donc, pour tous les journaux qui ne comprennent pas pourquoi les gens sont racistes de nos jours, tout ce que j'ai à dire, c'est qu'il faut une nouvelle réflexion à propos de la médiatisation équitable et de donner à tous les joueurs une chance égale".

Samedi, plusieurs utilisateurs de Twitter ont signalé un incident lors duquel des supporters de Chelsea semblaient insulter Sterling au moment où celui-ci récupérait le ballon sorti en touche lors de la rencontre perdue 2-0 par Manchester City.

"En ce qui concerne ce qui a été dit au match contre Chelsea, comme vous pouvez le voir par ma réaction, j'ai dû en rire parce que je n'attends rien de mieux", a écrit Raheem Sterling.

La police de Londres a lancé une enquête sur ces possibles insultes racistes ayant visé l'international anglais à Stamford Bridge.

De son côté, la Fédération anglaise de football a assuré "prendre toutes les allégations de discrimination très au sérieux" et a affirmé dimanche dans un communiqué qu'elle allait "travailler avec les clubs et les autorités compétentes" pour s'assurer que cette affaire soit "gérée de façon appropriée".