Comme Mbappé, le capitaine de Dortmund n’a pas vraiment apprécié le fait d’être remplacé.

Le parallèle est curieux. Presque troublant. Alors qu’ils se retrouveront le mardi 18 février en huitièmes de finale aller de Ligue des Champions en Allemagne, le Paris SG et le Borussia Dortmund ont vécu le même épisode, celui d’un remplacement qui fait grincer des dents. Avec deux acteurs majeurs de chaque côté. Quand Kylian Mbappé s’est un peu écharpé avec Thomas Tuchel, Marco Reus a lui aussi exploser sa frustration.

Ce samedi, alors qu’Axel Wistel venait d’inscrire le quatrième but des siens, le capitaine du Borussia a été rappelé sur le banc par Lucien Favre. Ce qu’il n’a pas vraiment apprécié. Résultat, une scène un peu surréaliste où l’attaquant, de rage, a jeté son brassard sur la pelouse, lui qui est pourtant réputé pour son calme. L’épisode résonne comme une fausse note dans la symphonie fantastique auquel ressemble le début d’année de Dortmund, trois victoires en trois matchs avec cinq buts à la clef à chaque fois.

"Il ne faut pas en faire une affaire d'état"

Le directeur sportif Michael Zorc a tenu à le relativiser tout en rappelant son autorité quand il a lancé sur Sky "qu’il ne faut pas en faire une affaire d’état. La réaction de Marco n’est pas grave, il n’était pas content de sortir, c’est tout, mais il ne faut pas non plus qu’il s’énerve de la sorte chaque semaine".

Se pose la question de l’origine de cette frustration. Sebastian Kehl a avancé son hypothèse. Là où Kylian Mbappé voulait absolument marquer son but, Reus, qui avait marqué sur penalty dans un match plutôt moyen à titre personne semble touché par d’autres considérations.

"Tout le monde se bat pour sa place et la concurrence est élevée, notre banc est costaud et il faut l’accepter", a expliqué le dirigeant en référence à cette nouvelle animation où les places dans le trio offensif sont de plus en plus chères avec deux intouchables, Erling Haaland et Jadon Sancho et trois autres prétendants : Reus, Thorgan Hazard et Mario Götze. Et Lucien Favre, soucieux d’éviter à son capitaine de retomber dans le travers de ses pépins physiques récurrents, a pris la nouvelle habitude de le ménager pour entretenir cette émulation qu’il veut la plus saine possible. "Il m’a dit que tout allait bien", a évacué le Suisse bien décidé à tourner la page. Pour préparer au mieux les prochains rendez-vous du Borussia. Et notamment celui face au Paris SG.