S'il n'aura pas marqué la Belgique avec sept petits matchs pour un but, Samir Nasri a plus de souvenirs de l'Angleterre.

Entre ses 220 apparitions partagées entre Arsenal et Manchester City, le Français avait de quoi raconter quelques anecdotes sur le plateau de Canal + où des consultants comme Robert Pires ou Olivier Dacourt, ancien liégeois, se confiait sur leurs carrières.

 Le milieu de terrain formé à l'OM n'a pas hésité à balancer sur Roberto Mancini qu'il a connu chez les Citizens. Les rapports entre les deux hommes n'étaient pas tendres au point que la situation s'est envenimé après un déplacement à Wolverhampton.   

"En première mi-temps, il n'arrêtait pas de me parler. Je lui ai dit arrête. Si tu n'es pas content, tu me sors. Je me prépare à sortir à la mi-temps. Aux vestiaires, j'enlève mes chaussures et je dis à Yaya Touré, assis à côté de moi, que s'il me parle mal, je lui jette mes crampons car le coach avait l'habitude de manquer de respect et de mal parler aux joueurs."

L'ex Anderlechtois finira par revenir sur la pelouse en seconde période et même à inscrire un but.  Ca ne suffira pas pour calmer les esprits entre les deux. Après une altercation avant un match contre United, les deux hommes règleront leurs comptes une bonne fois pour toute.
"Je l'ai insulté de tous les noms. Même ses enfants qui venaient parfois jouer en réserve ou qui s'entraînaient avec nous. Je suis parti à Paris le lendemain. Deux jours après, j'étais sur le banc face à Manchester United. Le président vient d'Abu-Dhabi nous voir et dit à Mancini que si je suis en forme, on gagne. J'ai réintégré l'équipe et on s'est réconcilié dans un avion privé qu'il a payé avec moi car je devais revenir sur Paris."

Des anecdotes qui ont déclenché les fous rires du plateau.