Après la polémique sur la "quenelle" d'Anelka, des photos montrant deux autres joueurs de l'équipe de France, Samir Nasri et Mamadou Sakho, effectuant le même geste ont émergé dans la presse anglaise lundi.

Sur la première, qui remonterait à novembre 2013, on voit Samir Nasri , meneur de jeu de Manchester City, effectuant son geste à la sortie du centre d'entraînement du club mancunien, en compagnie d'un anonyme.

Interrogé lundi sur le sujet, son entraîneur, Manuel Pellegrini, s'est refusé à tout commentaire.

Selon l'agence de presse britannique PA, Nasri n'était pas conscient de la portée de son geste et l'aurait avant tout réalisé en raison de sa popularité dans certains milieux en France.


Mamadou Sakho , défenseur de Liverpool, est lui pris en photo en compagnie de l'humoriste-polémiste Dieudonné, l'inventeur de ce geste controversé vu par certains comme un signe antisémite et par d'autres comme une simple manifestation anti-système.

Du côté de Liverpool, un porte-parole du club a assuré que "Mamadou Sakho avait expliqué qu'il ne connaissait pas la signification de ce geste quand la photo avait été prise il y a six mois", sans doute à Paris.

La seule de ces deux photos parue dans une édition papier est celle de Sakho, dans le tabloïd Daily Mail. Les deux photos sont par contre reprises sur les sites de plusieurs journaux anglais, que ce soit ceux des tabloïds Daily Mail, Daily Mirror ou Manchester Evening News ou celui du quotidien londonien Daily Telegraph.


D'autres sportifs encore...

Depuis la photo d'Anelka effectuant une "quenelle" samedi après le premier de ses deux buts sous les couleurs de West Bromwich Albion, en championnat d'Angleterre, plusieurs anciennes photos de sportifs français de renom effectuant ce même geste sont ressorties sur les réseaux sociaux, avec notamment le basketteur Tony Parker ou le judoka Teddy Riner . Dans les deux cas en compagnie de Dieudonné.


La (très) brève réaction de Francçois Hollande

Actuellement en tournée à Ryad (Arabie Saoudite), le président français a été interrogé sur les récents événements qui alimentent la polémique. À la question de savoir si Dieudonné devait être interdit de spectacle ou si Anelka devait être sanctionné, Hollande a répondu qu'il fallait "soutenir le gouvernement et le ministre de l'Intérieur par rapport à des propos ou à des actes dont le caractère antisémite ne peut pas être nié."

Mais le président semblait un peu mal à l'aise sur le sujet et a rapidement mis fin au débat par un très clair:  "Je n'ai pas d'autres déclarations à faire!".