Autrefois considéré comme une grande promesse à Manchester United, Januzaj a finalement quitté les Red Devils par la petite porte en juillet 2017. Après des prêts peu fructueux du côté de Dortmund et de Sunderland, il a rejoint les rangs de la Sociedad contre 8,5 millions d'euros.

Ce jeudi, près de quatre ans après son départ, Januzaj retrouvera ses anciennes couleurs quand United se déplacera à San Sebastian dans le cadre des seizièmes de finale de l'Europa League. Mais il n'a "rien à prouver à personne", explique, au Daily Mail, le Diable qui retrouve doucement ses sensations (et sa place de titulaire) après quelques mois gâchés par des pépins physiques. "Je connais mes qualités, je sais qui je suis. Je ne dois pas montrer à United ou à quiconque que je suis un bon joueur. Je dois juste croire en moi."

L'arrivée de Van Gaal a tout chamboulé : "Rashford a de la chance d'avoir un coach comme Ole"

Tout avait pourtant bien commencé quand il est passé dans le noyau pro des Red Devils. Pour sa première titularisation en Premier League, sous David Moyes en octobre 2013, Januzaj avait permis à son équipe d'empocher les trois points à Sunderland (1-2) en inscrivant un doublé. "Quand j'ai joué ma première saison et que je suis sorti de l'académie, les gens m'ont montré leur amour. Les coachs me permettaient de profiter, d'apprécier mon football."

Mais le limogeage de Moyes et l'arrivée de Louis Van Gaal sur le banc à Old Trafford ont changé la donne. "Quand un coach ne vous montre pas d'amour, ça devient plus difficile de faire ses preuves et d'être heureux", admet-il au quotidien anglais. "Même si tu faisais une mauvaise passe, Van Gaal te criait dessus. Ce n'est pas bien pour des jeunes joueurs, il faut leur apprendre. Un coach est comme un professeur et c'est ça qui nous a manqué."

Alors que Van Gaal a réservé un traitement similaire à Memphis Depay, l'entraîneur néerlandais n'a pas manqué de critiquer la discipline de travail qu'affichait Januzaj à l'entraînement. "Quand tu es un jeune garçon et que tu te fais critiquer pour des choses que tu n'as jamais faites… Je ne comprenais pas", poursuit le joueur de la Sociedad. "Tu joues comme tu t'entraînes, je jouais bien en match, je ne pense pas que j'étais mauvais à l'entraînement. Les gens avaient une mauvaise image de moi et c'est mon seul regret, le fait qu'on remette en question ma mentalité."

Le Daily Mail rapporte aussi que Januzaj est encore en contact avec Sir Alex Ferguson, qu'il considère comme le "père du football". Le flanc est également toujours proche de ses anciens coéquipiers, Paul Pogba et Luke Shaw qui sont, eux, toujours à Old Trafford.

Où le climat a changé sous la direction d'Ole Gunnar Solskjaer, d'après le Diable. "Tu peux voir qu'Ole est très sympa et qu'il aime les joueurs de l'académie. Les jeunes joueurs comme Marcus (Rashford) sont très chanceux d'avoir en entraîneur comme lui."

Un prêt coupé court à Dortmund : "Les gens étaient sévères car j'avais beaucoup de qualités"

Avant de s'envoler pour le Pays basque, Januzaj a fait un détour par Dortmund. "Van Gaal m'a dit à la dernière minute que je pouvais partir en prêt donc on m'a précipité vers l'Allemagne. Peut-être que je suis parti trop tôt mais je voulais juste jouer au football. Je ne voulais pas rester sur le banc pendant six ou sept matchs."

Finalement son prêt au Borussia a été coupé court et il est retourné dans la ville du coton six mois après son arrivée en Allemagne. Thomas Tuchel, coach de Dortmund à l'époque, avait aussi remis en question son attitude. "Un coach doit toujours protéger ses joueurs, surtout quand il sait que tu es un joueur capable de faire la différence", confie-t-il. "Les gens étaient sévères avec moi car j'étais un jeune garçon avec beaucoup de qualités. C'était difficile pour moi de comprendre ce qu'ils faisaient avec moi. J'ai 26 ans et je sais que ça n'arrivera plus jamais dans ma carrière."

Un renouveau à San Sebastian : "Les gens parlent de moi différemment"

Aujourd'hui titulaire et décisif en Liga, quand son corps le lui permet, Januzaj s'est bien adapté dans son "nouvel" environnement, à la Sociedad. "J'avais un peu peur en ce qui concerne mon acclimatation au style de vie. Mais aujourd'hui, je suis à l'aise et heureux ici. J'ai beaucoup appris sur la manière de me comporter et de rester calme. J'ai beaucoup travaillé là-dessus les dernières années. Quelqu'un qui travaille au club m'a aidé à être plus relaxé mentalement et à laisser mon football 'couler'. Maintenant, les gens parlent de moi différemment. Je n'ai jamais eu de problèmes avec les coachs. Je travaille dur et j'ai deux Coupes du monde dans les jambes."

Et bientôt un premier Euro ? Quoi qu'il en soit, Januzaj s'est trouvé une seconde jeunesse au Pays basque. "Je vais vous dire la vérité : entre ma première année à United et maintenant, je suis devenu un joueur totalement différent. J'ai changé en termes de qualité, de confiance et de mentalité. Je profite de mon football. Si ce n'est pas le cas alors tu dois aller autre part. La vie ne s'arrête pas", conclut-il pour le Mail.