Attendue au tournant après l'élimination surprise cette semaine en Ligue des champions, la Juve montre qu'elle défendra jusqu'au bout le titre qu'elle détient sans discontinuer depuis 2012 même si les dix points de retard sur les Nerazzurri commencent à peser à la mi-mars. Et ce malgré le match en retard que les Bianconeri doivent disputer contre Naples.

Milan, dauphin de l'Inter à neuf points, va tenter en soirée de tenir le rythme des Intéristes et des Turinois devant Naples (6e) dans un match capital pour la bataille pour la Ligue des champions (19h45 GMT).

Ronaldo marche sur Cagliari

Cristiano Ronaldo, cible des critiques cette semaine après l'élimination européenne contre Porto, a répliqué à sa façon: avec des buts.

Dans le dernier stade italien où il n'avait encore jamais réussi à marquer, CR7 a signé son second "hat trick" en Serie A depuis son arrivée en 2018, et son second contre les Sardes: avec une tête surpuissante sur corner (10e), un penalty obtenu et transformé (25e) et une frappe croisée du gauche (32e).

Le Portugais aurait toutefois pu aussi quitter le terrain à 1-0: auteur d'un pied en avant dangereux sur le gardien sarde Alessio Cragno, touché au menton, il n'a écopé que d'un jaune mais a frôlé le rouge direct (14e).

Avec 23 buts, Ronaldo conforte sa première place au classement des buteurs devant l'attaquant de l'Inter Milan Romelu Lukaku (19 réalisations).

"C'est un privilège de l'avoir avec nous, on se le garde, il fait partie du futur" de la Juve, a assuré le directeur sportif de la Juve Fabio Paratici, en réponse à des rumeurs évoquant des envies de départ de CR7 après la nouvelle désillusion européenne.

Face à l'ouragan portugais, Cagliari a dû atteindre une baisse de régime turinoise pour réduire le score par Giovanni Simeone (61e) en seconde période.

L'Inter court vers le titre

Les Nerazzurri, sur orbite vers leur premier scudetto depuis 2010 pour mettre fin à neuf ans de règne de la Juventus, s'en sont encore remis à Romelu Lukaku et Lautaro Martinez.

"Big Rom" a ouvert la marque sur un penalty obtenu par l'Argentin (62e). Puis Lautaro Martinez a offert le succès aux Intéristes d'un coup de tête (85e), après que le Torino avait arraché l'égalisation par Antonio Sanabria (70e).

L'Inter Milan, fidèle à la ligne "pragmatique" adoptée par Antonio Conte - en tribunes car suspendu dimanche - depuis l'élimination en Ligue des champions en décembre, est devenue une équipe rudement efficace à défaut d'être flamboyante: huitième victoire de suite en championnat, et troisième de suite par un seul but d'écart.

"Aujourd'hui, on a démontré une nouvelle fois que nous étions prêts pour des choses importantes", a assuré Lautaro Martinez.

La Roma trébuche sur Parme

Chez le relégable Parme (0-2), la Roma a payé les efforts déployés jeudi en Ligue Europa face au Shakhtar Donetsk (3-0). Avec sept des onze titulaires reconduits, les Giallorossi ont craqué d'entrée (9e, Valentin Mihaila).

"Une équipe qui veut aller en Ligue des champions ne peut pas prendre des buts comme ça", a regretté leur entraîneur Paulo Fonseca.

Parme, qui n'avait plus gagné en championnat depuis trois mois et demi (et 17 matches), a flairé le bon coup après ce début tonitruant et a doublé la mise sur penalty par Hernani (55e). Les Parmesans (19e) reviennent à trois points seulement du premier non relégable, Cagliari (17e).

La Roma fait elle une bien mauvaise opération en lâchant sa quatrième place - la dernière qualificative pour la C1 - à l'Atalanta Bergame, victorieuse vendredi de La Spezia (3-1).