Après cinq minutes de jeu seulement, Mikel Arteta levait déjà les yeux au ciel. L’entraîneur espagnol assistait une nouvelle fois à un naufrage défensif de ses soldats : trop passive et attentiste, l’arrière-garde des Gunners laissait Christian Pulisic ouvrir la marque après un excellent travail de Mason Mount et d’Olivier Giroud (5e). Acculée dans son camp durant le premier quart d’heure, la défense d’Arsenal semblait être une proie facile pour les prédateurs que sont les attaquants de Chelsea. Malgré leur avantage, les Blues poussaient pour faire le break jusqu’à… la première pause boisson (22e).

Sa gourde relancée vers le banc et sa batterie rechargée, Pierre-Emerick Aubameyang entendait bien exploiter les espaces dans le dos de la défense de Chelsea dès la reprise. Encouragé par un but annulé de Nicolas Pepe (25e), l’attaquant pénétrait dans la surface adverse quand César Azpilicueta décida de l’accrocher (légèrement)…

Il n’en fallait pas plus pour que Martin Taylor indique le point de penalty. Un coup de pied de réparation qu’Aubameyang himself transforma avec aisance en prenant Willy Caballero à contre-pieds (28e). L’égalisation insuffla un peu plus de confiance dans les rangs d’Arsenal et beaucoup de doutes dans ceux de Chelsea.

Au retour des vestiaires, aucune des deux écuries ne semblait vouloir prendre le contrôle de la rencontre. Comme souvent dans ce genre de scénario, il fallut attendre un coup d’éclat individuel pour ressusciter la rencontre. D’une foudroyante accélération dans l’axe Hector Bellerin transperça la défense de Chelsea avant de se faire tacler par Andreas Christensen. Nicolas Pepe récupéra le ballon et parvint à trouver Aubameyang qui fixa Zouma dans le grand rectangle avant de tromper Caballero d’une délicieuse pichenette (67e).

Assommés, les hommes de Frank Lampard ne parvenaient ensuite pas à se créer de véritables occasions franches pour recoller au score. Pire, les Blues se voyaient réduits à dix quand Mateo Kovacic vu jaune pour la seconde fois de la soirée (73e). En infériorité numérique, Chelsea ne parvint pas à inquiéter Emiliano Martinez et la défense des Gunners tenait bon jusqu’au coup de sifflet final.

Après une campagne catastrophique en Premier League (où les hommes d’Arteta terminent huitième), Arsenal a donc décroché la 14e FA Cup de son histoire et obtenu son précieux sésame européen. Tout ça grâce au doublé de son capitaine gabonais dont le contrat expire en juin 2021 et dont l’avenir est de plus en plus flou. "Je ne peux rien dire (NdlR : par rapport à son avenir). Je veux juste parler d’aujourd’hui et du trophée", a expliqué le principal intéressé juste avant de soulever la Cup.

"Il sait ce que je pense de lui. Je veux construire l’équipe autour de lui. Je pense qu’il veut rester. Il faut juste trouver un accord", a déclaré Mikel Arteta, qui ne veut en aucun cas voir sa vedette faire ses valises. "Ce genre de moment va l’aider à se rendre compte que nous sommes sur la bonne voie. Il est aimé par tout le monde au club."

L’opération séduction est lancée par l’entraîneur espagnol !