Le technicien espagnol a repris le flambeau d'Arsène Wenger, qui a tenu 22 ans à Arsenal.

Le PSG a changé de coach à l'intersaison, cela n'a échappé à personne. Unai Emery a été prié de quitter son poste pour laisser la place à Thomas Tuchel. Le coach espagnol n'a pas chômé longtemps puisqu'il a retrouvé directement du travail du côté d'Arsenal où il a pris la relève... d'Arsène Wenger. L'Alsacien, sur le banc du club londonien pendant 22 saisons, a laissé derrière lui un club en chantier.

Loin des stars parisiennes, Emery s'éclate avec Arsenal. Le triple vainqueur de l'Europa League avec Séville a remis de l'ordre dans le club de Stan Kroenke. "De nos jours, il est très difficile qu'un technicien tienne 22 ans en poste. Il fallait bouger les meubles à tous les niveaux du club", a déclaré le technicien basque à Marca. "Non pas du fait de négligences passées, mais bien pour stimuler à nouveau tout le monde: secouer les choses, balayer sous les tapis, ouvrir les fenêtres, de manière positive."

Emery a tout de même déclaré qu'il avait le plus grand respect pour le travail accompli par Arsène Wenger. "Je l'ai rencontré une seule fois, pas plus. Je le respecte beaucoup, mais peu importe les infos qu'il aurait pu me donner, je devais changer les choses. (...) Arsenal était en chute libre. Nous devions stopper cela et recommencer à escalader." Un constat qu'il était difficile de nier. Pour le moment, Arsenal pointe à la 5e place de Premier League avec 24 points.

Pour remettre à flot Arsenal, Emery veut employer les mêmes techniques qu'en Espagne. Solidifier la base défensive de son équipe avant de se projeter vers l'avant. "Je veux une équipe qui sache profiter des espaces, jouer en contre-attaque, ou bien dans des espaces réduits, en parvenant à créer des déséquilibres sur des actions arrêtées", a déclaré l'Espagnol. "Voilà à quoi nous nous consacrons: créer une idée de jeu, un style et être compétitifs. Avec le temps, seules la qualité technique et la liberté offensive étaient soignées, au détriment de la structure défensive. Ce que je veux faire c'est allier ces deux identités."