D'un côté, plus de 380 millions d'euros de dépenses avec notamment les acquisitions records de Neymar (222 millions d'euros) et de Mbappé (145 millions + 35 de bonus). De l'autre, à peine 65 millions de recettes avec notamment les ventes de Blaise Matuidi (20 millions + 10,5 de bonus) et Serge Aurier (25 millions).

Si la direction parisienne s'est efforcée de lisser l'opération Neymar sur cinq ans ou de recruter Mbappé via un prêt avec option d'achat automatique activable l'an prochain pour ne pas voir sa balance commerciale déraper dès cet été, son déficit en matière de transferts est déjà estimé à près de 320 M EUR.

Soit dix fois plus que les 30 millions d'euros cumulés sur trois exercices, le niveau autorisé par l'instance de contrôle financier des clubs (ICFC), qui examine les bilans comptables des joueurs.

Pour diminuer cette balance plus que négative, le club de la capitale va principalement devoir dégraisser son effectif. Pour ce faire, quelques joueurs font office de favoris au départ. L'Equipe croit savoir que ces joueurs sont: Angel Di Maria (valeur estimée: 50 millions), Julian Draxler (42 millions), Lucas (entre 25 et 30 millions), Javier Pastore (20 millions) et Hatem Ben Arfa (7 millions). Au total, si ces ventes se réalisent aux prix indiqués entre parenthèses, le club de la capitale devrait donc récupérer environ 150 millions d'euros. En sachant que le PSG avait demandé pas moins de 80 millions au Barça pour acter le transfert d'El Fideo (Di Maria) et qu'il est plus que probable que Julian Draxler parte pour une somme plus importante.

Si l'on ajoute à cela la revalorisation des contrats de sponsoring, les produits dérivés, les tournées et les droits TV, les dirigeants devraient s'approcher du compte. Une autre variable est à prendre en considération: le parcours du club de la capitale en Ligue des champions pourrait également apporter une manne financière importante, puisque le vainqueur empoche souvent entre 50 et 60 millions d'euros.