Zlatan Ibrahimovic, le début de la fin? Régulièrement blessé à 40 ans, encore absent pour dix jours après une rechute, le géant suédois est devenu un intermittent à l'AC Milan, au point de poser la question de son avenir au plus haut niveau.

La star a une motivation encore entière, en atteste son visage en sang lors de sa dernière apparition sur un terrain, contre Bologne (0-0) il y a dix jours, ou ses conseils permanents depuis le banc où il s'assied trop souvent à son goût.

Mais le colosse est de plus en plus trahi par ses jambes.

Ibrahimovic est de nouveau indisponible pour dix jours en raison d'une douleur au genou gauche. Il est donc forfait pour la réception du Genoa vendredi (21h00) en Serie A mais surtout pour les deux chocs attendant l'AC Milan la semaine prochaine: le derby contre l'Inter Milan en demi-finale retour de Coupe d'Italie (0-0 à l'aller) puis le déplacement chez la Lazio Rome en championnat.

Le "quadra" a ainsi suivi près de la moitié des matches depuis les tribunes cette saison, entre sa convalescence après une opération au genou gauche en juin et deux blessures au tendon d'Achille en septembre et en février.

En tout, 19 apparitions en championnat, dont seulement 11 comme titulaire, en 31 journées, avec un temps de jeu moyen d'une cinquantaine de minutes par rencontre jouée.

Giroud devenu indispensable

En Ligue des champions, où il pouvait entrer dans l'histoire comme le buteur le plus âgé de la compétition, il s'est contenté d'une seule titularisation (et trois entrées en jeu), sans marquer et sans éviter l'élimination des Rossoneri à la dernière place de leur groupe.

Alors bien sûr, dans le vestiaire, son rôle reste primordial en raison de son expérience - il était dans la dernière équipe du Milan sacrée championne en 2011 - dans un effectif encore jeune, actuellement en tête du championnat.

"C'est un combattant. (...) Il veut toujours nous aider. Et quand il vous parle, on l'écoute !", témoignait en mars Théo Hernandez dans L'Equipe.

Mais ses blessures à répétition, le privant de rythme, mettent en question son avenir, alors que son contrat prend fin en juin.

L'AC Milan n'a pas trop pâti de ce rendement en pointillé (8 buts, aucun depuis trois mois) grâce à la montée en puissance d'Olivier Giroud, la doublure de l'été dernier devenue indispensable en pointe.

Selon des indiscrétions de la presse italienne, le club laissera Ibrahimovic décider seul de poursuivre encore une année ou raccrocher les crampons. Ce qui n'empêche pas les Rossoneri de travailler à rajeunir cette attaque vieillissante en sondant des joueurs comme le Belge Divock Origi (26 ans) et l'Italien Gianluca Scamacca (23 ans) pour la saison prochaine.

"Écoute ton corps"

Stop ou encore? Ibrahimovic avait confessé en mars sa "panique" d'arrêter le football.

"J'ai cette petite peur: qu'est ce qui va se passer après? Je sais que j'aurais d'autres possibilités, mais cette adrénaline que j'ai sur la pelouse je ne la trouverai nulle part ailleurs", avait-il confessé avant les barrages de qualification au Mondial-2022.

La non-qualification des Suédois pour le Qatar le prive d'un but tout trouvé pour continuer à entretenir son corps. Même s'il a assuré vouloir continuer en sélection, avec qui il a renoué l'an dernier après cinq ans de pause, sans toutefois pouvoir disputer l'Euro en raison de son opération au genou.

Certains, comme l'ex-international italien Luca Toni, le poussent à songer à s'"arrêter au sommet, au niveau auquel il a été toute sa vie": "Ce serait dommage de voir un champion comme Ibrahimovic jouer peu et quand il le fait ne pas répondre aux attentes", a-t-il estimé mercredi dans la Gazzetta dello Sport.

Francesco Totti, qui avait mis fin à sa carrière à 40 ans, en 2017, n'a lui qu'un conseil pour le Suédois: "J'espère te voir encore exulter après quelques buts lors de ces dernières journées de championnat. Ensuite, à la fin de la saison, écoute ton corps: c'est lui qui te dira quoi faire".