Dans une longue interview accordée au Parisien, Patrice Evra a abordé bon nombre de sujets qui lui tenait à coeur. Le tabou de l'homosexualité dans le football, les attouchements qu'il a subi dans sa jeunesse, le racisme ainsi que son retour à son quartier d'enfance, les Ulis.

Connu pour son franc-parler, l'ancien défenseur de Manchester United notamment, a évoqué son contact avec la banlieu dans laquelle il a grandi. Il n'aurait jamais imaginé recevoir un tel accueil. "C'est difficile, parce que même quand tu réussis, tu reviens au quartier et tu es vu comme un étranger. Tous ces potes qui disaient : 'C'est la famille'... Eh bien c'est faux, tu deviens un ennemi", balance-t-il avant d'évoquer une situation délicate, "J'ai failli perdre un oeil parce que je suis revenu, et que quelqu'un parlait de moi."

Une histoire qu'il n'avait encore jamais racontée, mais qui indique la difficulté qui peut s'installer au retour d'une personne ayant touché le succès. "Moi, j'étais content, je revenais même avec le costume du club voir mes potes qui étaient habillés en baggy. On disait de moi que je me la racontais", avoue-t-il avec un certain regret. 

Âgé aujourd'hui de 40 ans, "Tonton Pat" pense à l'avenir de son quartier et se dit qu'il faudra mettre la main à la "Pat" pour les Ulis. "Quand tu sors de là, il faut montrer le bon exemple et essayer d'aider les gens. Quand je reviendrai en France, j'essaierai de faire quelque chose pour mon quartier", insiste-t-il.