Europe Après près de dix ans de domination, les clubs espagnols marquent le pas. Les Anglais, eux, ont le vent en poupe. 

Alors que ces dernières années, l'Europe avait été conquise par les Espagnols, les Anglais semblent avoir repris la main sur les compétitions européennes. Quatre clubs anglais sur les huit équipes qualifiées pour les quarts de finale de la plus prestigieuse compétition européenne, cela faisait exactement dix ans et la saison 2008-2009 que ce n'était plus arrivé. Cette année-là, Arsenal, Manchester United, Chelsea et Liverpool représentaient les îles britanniques. Les trois premiers cités sont mêmes arrivés en demi-finale avant que... le FC Barcelone ne s'impose finalement face aux Mancuniens au Stade Olympique de Rome. Similitude troublante, le Barça était alors le seul club espagnol à s'être qualifié pour les quarts de finale, comme cette saison.

L'opportunité est donc belle pour un club anglais d'être à nouveau couronné, pour la première fois depuis 2012 et la victoire du Chelsea de Roberto Di Matteo. Et si on ajoute Arsenal et Chelsea, tous les deux qualifiés pour les quarts de finale d'Europa League, on retrouve pas moins de six clubs anglais encore en lice dans les compétitions européennes, un record. Jamais autant de clubs anglais se sont qualifiés pour les quarts de finale des Coupes d'Europe depuis la création du format actuel de la Champions League en 1993.

L'Espagne en retrait

Du côté espagnol, on fait plutôt grise mine. Le FC Barcelone est le dernier représentant ibérique en Ligue des Champions, une première depuis 2010. L'ironie du sort veut que la finale de la Ligue des Champions, le 1er juin prochain aura lieu à... Madrid alors que les deux clubs de la capitale espagnole sont d'ores et déjà éliminés de la compétition. Pour le Real Madrid, triple tenant du titre, c'est même une première depuis 2010 et l'élimination en huitième de finale contre l'Olympique lyonnais. Depuis 2000, les clubs espagnols se sont imposés à dix reprises, six fois le Real Madrid et quatre fois le Barça, un rythme d'une victoire finale tous les deux ans. Depuis 2013 et la victoire du Bayern Munich sur le Borussia Dortmund, aucun club non-espagnol n'a soulevé la coupe aux grandes oreilles.

Si l'Atlético Madrid est tombé sur un Cristiano Ronaldo venu d'une autre planète, mardi passé, le Real, lui, s'est fait surprendre par la fraîcheur et la hargne de la jeune garde ajacide. Un nouveau faux-pas pour la Maison Blanche qui a coûté sa place à l'entraîneur Santiago Solari, dans une saison qui doit être rangée aux oubliettes. Si le départ de CR7 n'est probablement pas étranger à la mauvaise saison des Merengues, beaucoup ont également pointé le départ de Zinedine Zidane en fin de saison dernière comme une perte colossale.

L'Europa League, la petite soeur de la Champions League, est aussi chasse gardée des clubs espagnols. Depuis 2009 et la création de cette compétition en lieu et place de la Coupe de l'UEFA, les clubs espagnols s'y sont imposés à six reprises, grâce à l'Atlético Madrid et le FC Séville (vainqueurs trois fois chacun). Cette année, Valence et Villareal sont encore en lice mais le FC Séville s'est fait sortir à la surprise générale par les tombeurs de Genk, le Slavia Prague, après les prolongations.

Si le football espagnol se porte moins bien cette saison, il est loin d'être le seul. L'Allemagne compte sur le seul Eintracht Francfort sur la scène européenne tandis que la France ne possède plus aucun représentant.