L'action a été initiée par les clubs de football anglais. L'idée est de mettre en place un black-out total sur les réseaux sociaux pendant trois jours vendredi, samedi et dimanche afin de protester contre les insultes racistes dont sont victimes leurs joueurs sur ces plateformes.

"C'est inacceptable et ça doit être arrêté, avec l'aide du public, des autorités et des géants des réseaux sociaux", a déclaré le président de l'instance européenne, le Slovène Alexander Ceferin. "Permettre à une culture de la haine de se développer en toute impunité est dangereux, très dangereux, non seulement pour le football, mais aussi pour la société dans son ensemble."

Ce boycott, qui concernera la Fédération anglaise de football, les clubs de Premier League, de deuxième division et de Super Ligue féminine, a rallié d'autres acteurs du foot comme le club allemand d'Hoffenheim. Du 30 avril au 3 mai, le club actuel 11e du championnat va fermer ses comptes Facebook, Twitter et Instagram.

"Cette action a été programmée pour se dérouler sur l'ensemble du programme de rencontres du football professionnel masculin et féminin" et elle verra l'ensemble des instances représentatives du football anglais "fermer leurs comptes Facebook, Twitter et Instagram". Elle intervient "en réponse aux abus discriminatoires continus et soutenus reçus en ligne par les joueurs et de nombreuses autres personnes liées au football", avaient indiqué les responsables du foot anglais dans un communiqué conjoint la semaine dernière.

Le 11 février, dans une lettre ouverte au dirigeant de Twitter, Jack Dorsey, et à celui de Facebook, Mark Zuckerberg, les responsables du football anglais avaient appelé à prendre des mesures "pour des raisons de simple décence humaine". Twitter avait répondu qu'il n'entendait pas censurer les commentaires venant de comptes anonymes.