Ce mardi, lors d'un live proposé sur les réseaux sociaux du Paris Saint Germain où il devait répondre aux questions des supporters, le directeur sportif du club parisien a eu une petite phrase qui a fait tiqué les fans : " Les autres clubs qui ont gagné dans les années 1970, comme l'Inter ou l'Ajax, ont été fondés dans les années 1890. Il y a une culture dans la ville à construire. Paris, ça n'a jamais été exactement la ville du foot. C'est toujours Marseille. À Paris, il y a encore beaucoup de choses qu'on doit faire. "

Depuis lors, Leonardo est la cible de nombreux reproches. Notamment de la part d'anciennes gloires du PSG comme Luis Fernandez qui a bondi en entendant les propos du Brésilien : "Quand j'entends ça, ça me révolte, je ne suis pas d'accord. Je ne partage pas du tout son opinion. Je ne souhaite qu'une seule chose, c'est que Nasser lui remette les idées en place", avant de remettre en question l'amour de Leonardo envers le club parisien : "Rai, lui, il a aimé le club. Même Ricardo, même Valdo. Eux, ils ne sont pas venus au club pour faire une année, flamber et partir ailleurs. Eux, ils ont aimé le PSG. Et ça on ne peut pas le leur enlever à ces Brésiliens-là. Lui, il est parti au bout d'un an. Alors quand on parle de culture, il faut savoir ce qu'on dit."

Mais ce jeudi, les ultras parisiens ont également été interpellé par la petite phrase de leur directeur sportif : "Ce n’est pas parce que la richesse et la beauté de la Ville Lumière ne se limitent pas au foot que nous ne sommes pas une Ville de foot et que nous ne respirons pas PSG. A l’inverse, que resterait-il à Marseille sans le foot ? La saleté ? La bonne mère ? La nostalgie d’un passé footballistique malhonnête et fantasmé ?", commence le communiqué du Collectif Ultras Paris.

"Étonnant que M. Leonardo n’ait pas plutôt songé mentionner la ferveur inégalée, la fidélité, le dévouement de ses propres supporters même et surtout quand notre club était au bord de la relégation", ont-ils poursuivi avant d'eux aussi remettre en question l'amour que porte Leonardo au Paris Saint Germain, "Mais pour cela, il faut connaître l’histoire de notre club, l’aimer et la respecter. Il faut sans doute surtout connaître ses supporters et le peuple du Parc des Princes. Peut-être que 46 matches seulement en tant que joueur du club et un retour au sein de la direction quand les associations de supporters étaient bannies du Parc ne sont pas suffisants pour connaitre la ferveur parisienne ? Quel autre club a vu ses supporters se battre avec acharnement pendant 6 ans pour pouvoir retrouver avec succès l’accès à son stade ?"

Décidément, en lâchant cette petite phrase qui semblait anodine, Leonardo s'est attiré bien des problèmes qu'il aurait bien voulu éviter.

Le communiqué du Collectif Ultras Paris