En bon capitaine, le Namurois Gursever doit montrer la voie à suivre

SALZINNES Incapable de vaincre Tirlemont et/ou Virton, pourtant démobilisés, l'UR Namur tient une dernière chance d'éviter le rang de barragiste. Il conviendra pour cela de réussir une performance de premier ordre à Louvain, là où tant d'autres équipes ont échoué cette saison. De prime abord, la tâche s'annonce malaisée pour des Mosans privés de Boukamir (entorse) et Ntame (suspendu). À l'inverse, ils retrouveront Beersaerts et, probablement, Tshiala ainsi que la fraîcheur, car l'équipe de René Hidalgo n'a pas disputé le moindre match officiel au cours de la dernière quinzaine.

Pour celui dont le football se veut plus encore une religion qu'une passion, l'encyclopédie s'est transformée en livre de chevet au cours de la quinzaine écoulée. Devant l'obligation de résultat, le Bruxellois n'a pas le choix des armes : il s'agissait plus que jamais de trouver un juste milieu entre un football offensif et réaliste. Ce que les Mosans n'ont pas trouvé durant 33 journées, peuvent-ils l'envisager lors de la 34e levée et s'éviter ainsi le 36e dessous ? À chacun le soin de se forger son opinion. Outre le fait que René Hidalgo aura dû retrouver le bon équilibre sur le plan défensif, il a dû également renforcer la ligne médiane tout en pensant à prendre le jeu en main. Car il n'y a qu'en marquant sa présence en zone de finition que les Merles se ménageront les occasions susceptibles de se transformer en but(s) salvateurs.

Ce rendez-vous est celui de l'ensemble des Merles mais, surtout, également, celui du régisseur Ahmet Gursever. Quand il joue à son meilleur poste, le capitaine namurois est capable d'offrir ce savant mélange entre abattage et virtuosité.

Le noyau : Habran, Langueh, Tshiala, Mundala, Nanni, Fasano, Colinet, Bukran, Gursever, Regnier, Beersaerts, Gille, Sbaa, Copel, Nzuzi, Couchie.



© La Dernière Heure 2008