Le sélectionneur Laurent Blanc avait expliqué dimanche sur France 2, irrité, que les sanctions le dérangeaient "sur la forme"

PARISPatrice Evra a décidé de faire appel des cinq matches de suspension en équipe de France infligés après les évènements de Knysna, alors que Aimé Jacquet et Michel Hidalgo ont demandé lundi dans une lettre ouverte la levée des sanctions frappant les mutins.

Après la fameuse grève de Knysna et le fiasco des Bleus en Afrique du Sud, la commission de discipline de la Fédération française de football (FFF) a tranché mardi dernier: Nicolas Anelka a été suspendu 18 matches en Bleu, Evra cinq matches, Franck Ribéry trois, tandis que Jérémy Toulalan s'en tire avec un match et qu'Eric Abidal a été blanchi.

Avec ces lourdes sanctions, la FFF espérait en avoir fini avec les remous du Mondial. Peine perdue.

Le sélectionneur Laurent Blanc, partisan de la clémence en vue des qualifications de l'Euro-2012, avait expliqué dimanche sur France 2, irrité, que les sanctions le dérangeaient "sur la forme", ne comprenant pas des peines différentes pour un "acte collectif".

"Je suis dubitatif sur la nature des peines, un joueur prend 5 matches, un joueur 3, un joueur 1, un 0: que ces gens (de la commission de discipline) m'expliquent s'ils ont des critères clairs, nets et précis", avait commenté le coach national.

Lundi, les ex-sélectionneurs Aimé Jacquet et Michel Hidalgo ont demandé dans une lettre ouverte à la Fédération française de football de "lever les sanctions" contre les mutins.

Puis, Me Jean-Yves Foucard, avocat de Patrice Evra, a jeté un pavé dans la mare dans un communiqué envoyé à l'AFP: "Mr Patrice Evra a décidé de faire appel d'autant qu'aucun grief ne peut lui être fait à titre individuel, la responsabilité des évènements dits du +bus de Knysna+ étant à l'évidence collective".

Le conseil du latéral gauche va même plus loin: "La présente mise au point -Mr Patrice Evra n'a toujours pas reçu la notification de la décision de la Commission Fédérale- et cet appel -effectué avant même d'avoir pu prendre connaissance de la décision- permettront à Monsieur Laurent Blanc, sélectionneur national, s'il le désire, de sélectionner Mr Patrice Evra puisque l'appel est suspensif -article 10 du règlement disciplinaire- sauf décision motivée de l'organe disciplinaire".

"Il a tout faux l'avocat, a rétorqué Jean Lapeyre, directeur des affaires juridiques de la FFF, interrogé par l'AFP. La décision est partie aujourd'hui et les motivations de la peine y seront et l'instance disciplinaire a décidé de lever l'effet suspensif: cet appel ne sera pas suspensif."

D'autres joueurs parmi les mutins sanctionnés seront-ils en tout cas tentés d'imiter Evra ? "Si un joueur a fait appel, on sent qu'un deuxième pourrait suivre...", a indiqué une source proche de la Fédération interrogée par l'AFP. Franck Ribéry, qui avait fait part de son incompréhension après sa sanction (3 matches), pourrait-il être celui-là ?

"D'anciens sélectionneurs ont fait une pétition en faveur des joueurs sanctionnés ? On marche sur la tête ! Aimé Jacquet, il pleurait en direct à la télévision quand les joueurs ont fait grève le 20 juin !", a ironisé une autre source proche du dossier interrogée par l'AFP. "Mais plus ils en font, plus les gens vont en avoir marre et se retourner contre les joueurs", poursuit encore cette source.

La France affronte la Biélorussie le 3 septembre au Stade de France puis la Bosnie à Sarajevo le 7 septembre pour le début des qualifications à l'Euro-2012. Laurent Blanc dévoilera sa sélection jeudi. S'il voulait bâtir sa liste dans un climat serein, c'est raté.

© La Dernière Heure 2010