José Riga a accueilli et relancé Dalmat et Nicaise lorsqu'il était à Mons

VISÉ Qui est mieux placé que José Riga à l'heure d'évoquer le passage montois de Dalmat et Nicaise ? S'il est aujourd'hui un des analystes privilégiés des chaînes de télévision, le Hermallois est surtout le coach qui a attiré les deux compères à l'Albert. Lui qui suit avec attention les performances du Standard, il n'est pas surpris par la réussite de ses deux anciens élèves.

"Je savais déjà, à l'époque, que Wil et Benja avaient marqué les esprits du côté de Sclessin, et ils avaient fait le tour à Mons , apprend José Riga. Ils ont été transférés au terme de leur moins bonne saison à Mons ? C'est la preuve qu'un joueur est dépendant d'une équipe, qui elle aussi avait fait une moins bonne saison. Indépendamment de cela, cerner leur potentiel n'est pas ardu. En ce qui concerne Dalmat, il suffit d'un entraînement pour se rendre compte qu'il a presque tout."

Si Benjamin Nicaise n'a pas (encore ?) véritablement explosé à Sclessin comme son ami Martiniquais ("La concurrence n'est pas la même dans l'axe de l'entrejeu" , estime Riga), ce dernier a rapidement fait l'unanimité autour de sa personne. Si cela a peut-être eu le don de surprendre les fans des Rouches , son ancien entraîneur s'y attendait. Aujourd'hui, il peut en tirer une fierté personnelle.

"Je me suis demandé ce que Dalmat faisait en test chez nous ? J'ai insisté pour le prendre, alors que certains étaient plus que dubitatifs. À Mons, il a trouvé la régularité après laquelle il cherchait depuis plusieurs années. C'était différent dans la mesure où Benjamin était moins dans la galère. Ils font partie des rencontres que j'ai apprécié faire, et chaque partie sait ce qu'elle doit à l'autre. Ils m'ont d'ailleurs appelé dans la foulée de leur transfert au Standard pour me remercier."

Reste à savoir où les deux anciens Dragons s'arrêteront... Alors que Nicaise commence doucement à acquérir du temps de jeu, l'aisance de Dalmat impressionne... à tel point que sa valeur a déjà grimpé en flèche.

"Avoir déjà connu le standing fut un avantage pour lui. Je peux vous dire qu'il lui en faut beaucoup pour l'impressionner et le côté démonstratif de son football plaît énormément à Sclessin. Mais il n'aura atteint sa pleine mesure que lorsqu'il se montrera plus rentable encore. Benjamin, lui, fait valoir d'autres qualités que son compère : deux bons pieds, une bonne détente verticale et un impact sur l'équipe grâce à sa grande intelligence de jeu. Il n'est pas au bout des services qu'il peut rendre au Standard. On ne peut en tout cas pas parler de transfert raté !"



© La Dernière Heure 2008