Le classement actuel des Zèbres correspond au matériel dont dispose leur entraîneur

Anderlecht se rassure

LOKEREN Si Leekens félicita Charleroi pour avoir permis de vivre "un match très ouvert" , personne n'était dupe : insipide, incolore, inodore, telle fut cette pauvre confrontation entre Sportings ! La faute aux deux formations, disposées en 4-4-1-1, évidemment ! A Lokeren, qui, malgré la rentrée de tous ses attaquants blessés précédemment, a joué à domicile comme s'il était en déplacement à Anderlecht (exactement comme la saison dernière pour le même match sous Cossey), bien sûr. Mais aussi à Charleroi car, quand on se targue de vouloir jouer le titre, ne doit-on pas venir au Daknam pour les trois points ? "Viser la victoire était notre intention comme à chaque fois" , clamait le staff carolo en choeur après cette deuxième défaite de rang.

Comme souvent lors des précédents revers, les Zèbres ont essentiellement joué à la baballe, préférant progresser latéralement en abusant de passes inefficaces plutôt que d'aller réellement vers l'avant pour tenter des frappes. Au Mambourg, on appelle souvent ça "une domination à laquelle il n'a manqué que les buts" ... Et les occasions aussi car jouer au foot en salle sur dix mètres carrés d'un grand terrain ne suffit pas ! Que pourrait-on au juste reprocher à Vande Walle qui, pour la première fois depuis son intronisation, a pris les précautions oratoires ("Je connais les ambitions du président mais, en tant qu'entraîneur, je fais avec les moyens dont je dispose" et "Un entraîneur est tributaire de la bonne volonté des joueurs" ) qui étaient reprochées à Mathijssen ?

Même s'il commence à être de plus en plus durement critiqué sur les forums de supporters (l'entraîneur qui perd a toujours tort), pas grand-chose selon nous.

Déjà, il fait effectivement avec le matériel du bord, soit un noyau qui peut certes viser le Top 5 mais pourrait tout aussi bien se retrouver au début de la deuxième colonne du classement, comme beaucoup d'autres dans notre triste championnat. Ensuite, il a tenté quelque chose samedi en relançant Diallo (bon jusqu'au but de son homme) pour replacer Oulmers au milieu. Enfin, même s'il n'a aligné qu'un attaquant au départ à Daknam (mais il y a des 4-5-1 plus offensifs que certains 4-4-2), il a introduit du sang frais offensif en seconde période. "J'ai pris des risques, ce que j'assume car c'est ma marque de fabrique et je n'en changerai pas" , se justifiait-il aisément. Ce furent malheureusement les changements de Leekens qui s'avérèrent payants.



© La Dernière Heure 2007