Le cri de rage de Felice Mazzù lâché vers ses assistants au coup de sifflet final voulait dire beaucoup. Le coach unioniste était bien conscient que la victoire arrachée au courage par ses hommes sur le terrain de Saint-Trond était très précieuse. "Nous sommes contents d’avoir gagné car il fallait une réaction après la défaite contre Louvain pour ne pas tomber dans une sorte d’énergie négative, expliquait Felice Mazzù à l’issue du match. Mais aussi car ce n’est jamais évident d’écarter une équipe de Saint-Trond qui fait de gros résultats à la maison sur un terrain synthétique pas facile à jouer pour les adversaires. Nous n’avons certainement pas réalisé le meilleur match de notre saison, il y a eu pas mal de déchets dans notre jeu. Nous avons aussi connu un premier quart d’heure difficile en deuxième mi-temps mais les gars ont montré une grosse envie. Je veux féliciter mon groupe pour son caractère. Nous avons dû défendre plus souvent que d’habitude mais l’équipe a fait preuve d’une belle organisation."

Cette victoire permet à l’Union de préserver une statistique hallucinante : avec Mazzù, les Bruxellois n’ont jamais perdu deux rencontres d’affilée. "Cela prouve que les gars sont conscients des errements lors d’une défaite. Ils n’acceptent pas la défaite ce qui est très important. Ce gros signe de caractère est très positif pour le futur."

Pas de départ attendu

Comme souvent cette saison, les Saint-Gillois ont pu compter sur leur buteur-maison, Deniz Undav. Un attaquant qui attirera certainement les convoitises durant le mercato hivernal… "Je suis son manager, c’est moi qui décide s’il part ou non, rigolait Mazzù. Plus sérieusement, les joueurs ont envie de rester ensemble jusqu’au bout de la saison. Plus on continue à prendre des points et plus les joueurs convoités auront envie de rester avec nous. Je ne sais pas les enchaîner pour qu’ils ne partent pas mais la direction a été très claire : elle n’a aucun souhait de vendre qui que ce soit au mois de janvier."