Licencié de Xanthi, il souffre de l'injustice

BRUXELLES Viré de Xanthi alors que le club grec occupait la sixième place avec sept points sur quinze, même s'il restait sur deux revers consécutifs (entrecoupés d'une qualification en Coupe), Emilio Ferrera (40 ans) n'est pas certain de vouloir encore entraîner. Avant de rejoindre le Club Bruges, il avait déjà songé à se tourner vers d'autres activités.

"Mon sentiment est bizarre. Je n'ai certainement pas mal travaillé. En été, le club a laissé partir douze joueurs pour en recruter treize", a-t-il confié à nos confrères du Het Nieuwsblad. "En trois mois, j'avais construit un bel ensemble mais on profite d'une défaite sur un autobut à la 85 e pour me virer."

C'est déjà le 5e licenciement en huit ans d'Emilio Ferrera. "Certains entraîneurs peuvent perdre six matches sans être virés. Avec moi, les clubs ont beaucoup moins de patience. C'est frustrant. Je ne l'accepte plus. J'éprouve des difficultés à être jugé de manière injuste. Je ne pense pas qu'on me verra encore comme entraîneur. Si je suis licencié après deux défaites en cinq matchs, à quoi cela servirait-il de poursuivre ? Il serait peut-être mieux que je songe à faire autre chose."



© La Dernière Heure 2007