Lyon a subi dimanche soir sa 5e défaite de la saison et n'a plus que trois points d'avance sur son nouveau dauphin, Bordeaux

PARIS Trois buts de Maoulida, Bisevac et Mangane ont scellé le 2e revers de la semaine pour l'OL après sa déconvenue au Mans (0-1) mercredi en quart de finale de la Coupe de la Ligue. Privé de Juninho forfait, mais avec les deux recrues Delgado et Crosas titularisées et Fred entré en jeu, Lyon faisait dans l'expérimental. Et pâtissait de l'incroyable réveil lensois.

L'effet Leclercq? Toujours est-il que le RCL, au prestigieux tableau de chasse hebdomadaire (3-0 contre Nancy en Coupe de la Ligue), s'est montré transfiguré et plein d'envie. Il revient à hauteur du 1er non relégable, Lille.

Le grand gagnant du week-end est aussi Bordeaux, désormais à équidistance (3 pts) du 1er et du 3e. Les Girondins ont plié l'affaire à la mi-temps, grâce à Cavenaghi et Fernando, malgré la frayeur relative à l'exclusion de Jurietti juste avant la pause.
Bordeaux s'enivre, et Le Mans trinque: 3e défaite de rang pour les Sarthois, diminués par les absences africaines et sans doute émoussés par leur exploit de mercredi. Le Mans glisse à la 9e place.

OM et PSG, fortunes diverses

Nancy, qui a subi à Nice sa 3e défaite seulement de la saison, est descendu pour la première fois jusqu'à la 3e place. L'ASNL, qui n'a plus gagné depuis le 24 novembre, n'a plus qu'un petit point d'avance sur le nouveau 4e, son bourreau du jour, à son faîte.

"C'est paradoxal: là où vous voyez une tragédie, on voit un motif de satisfaction, relativisait Pablo Correa. Depuis une vingtaine d'années, on n'arrivait pas à évoluer deux saisons de suite en Ligue 1. C'est notre 3e année, on continue notre apprentissage". Même profil bas chez son homologue Frédéric Antonetti: "Si en avril, on est encore là, on changera de discours".

L'OM et le PSG ont brisé leurs séries. Paris a subi à Lorient (1-0) sa 2e défaite à l'extérieur, l'embellie du tournant de l'année (quatre victoires consécutives sur trois tableaux) faisant plouf chez les Merlus.

Marseille a au contraire enrayé sa mini-dépression (défaites à Rennes en L1 puis à Auxerre en Coupe de la Ligue) en balayant Valenciennes (3-1). "Je suis conscient de mes qualités, et (ces deux buts) cela ne m'étonne pas, même si je suis déçu de ne pas avoir mis au moins un but de plus", estimait avec gourmandise Cissé à propos de son doublé, portant son total en L1 à 5 buts.

Neutralisation en bas

De la confiance marseillaise sans doute indispensable avant d'affronter coup sur coup des équipes du haut de classement: Nancy, Caen et Nice.

Caen (5e) justement a dépassé Valenciennes en prenant un point à Toulouse (1-1). Etonnants Normands, capables de battre Lyon (1-0) et de gifler Bordeaux (5-0) aussi bien que d'offrir à Metz son unique victoire, et qui en sont désormais à huit matches consécutifs sans défaite.

A deux points de Caen pointe Monaco, 7e après son carton à Metz (4-1) et qui doit beaucoup à Nenê, auteur de trois passes décisives, autant qu'aux "erreurs grossières" des Messins, de l'aveu même de leur entraîneur, Yvon Pouliquen, embarqué dans une drôle de galère. Un gouffre de quinze points sépare les Lorrains de Lille, premier non relégable.

Derrière le PSG, quatre équipes se sont neutralisées, Auxerre-Strasbourg et Sochaux-Lille s'achevant sur le score de 1-1. Dans le ventre mou, Saint-Etienne a (provisoirement?) étouffé une crise latente en battant 2-0 Rennes (12e), première défaite de l'ère Guy Lacombe.