Le Club Bruges ne veut pas se concentrer uniquement sur l'épreuve de Coupe de Belgique

BRUXELLES Qui a vraiment réalisé la bonne affaire mercredi en Coupe ? Anderlecht n'en a pas fait une mauvaise, c'est évident. Boosté , le moral mauve est prêt à affronter le rush final tout autant que l'effectif pléthorique assumera la charge des deux épreuves sans froncer les sourcils. Mais si Genk s'est fait manger tout cru chez son rival pour le titre - qui a par la même occasion démontré sa supériorité intrinsèque en engrangeant deux succès et un partage sur les trois rendez-vous de la quinzaine -, il pourrait très rapidement évacuer cette frustration qui n'en aurait vraiment été une que s'il avait joué crânement sa chance. Avant la rencontre, Hugo Broos avait d'ailleurs déclaré que "si on voit à la mi-temps que la qualification devient impossible, il est probable qu'on ne brûle pas inutilement nos cartouches physiques".

Scénario scrupuleusement respecté.

En homme sage et en entraîneur expérimenté, Hugo Broos avait parfaitement assimilé qu'une demi-finale aller épique et acharnée face au Standard, trois jours avant de se déplacer au Club Bruges, et une autre retour, trois jours avant de recevoir Charleroi, entraîneraient un risque immense de perte de plumes dans un moment décisif pour l'attribution du titre. Autant, a-t-il certainement pensé, laisser Anderlecht s'arracher les tripes dans une double confrontation qui ne pourra qu'être musclée face au Standard.

La seule réelle interrogation a trait à l'ampleur du score. Jusqu'à présent, Genk s'est toujours remarquablement relevé après une claque. En fera-t-il de même après cet uppercut, de dimension qui plus est ? Le test qu'il passera au stade Charles Tondreau - où Mons reste sur un beau 13 sur 15 - sera riche d'enseignements.

En attendant, on assistera à des demi-finales de rêve dont les deux finalistes iront plus que probablement en Coupe d'Europe, si on suit le classement actuel du championnat. À moins que le Standard l'emporte et que le Club Bruges se qualifie pour la finale sans parvenir à recoller à La Gantoise en championnat. "Nous ne voulons pas nous focaliser uniquement sur l'épreuve de Cou- pe de Belgique, assure Ibrahim Salou. Concentrons-nous d'abord sur la rencontre de samedi face au Brussels pour bien aborder la minitrêve qui suivra. Elle va nous faire du bien et nous permettre de préparer le sprint final de façon optimale."



© La Dernière Heure 2007