Le coach hurlu était de retour au Canonnier, hier


MOUSCRON Depuis quelques semaines maintenant, l'Excelsior est à la recherche de partenariats ayant pour but d'asseoir une certaine stabilité financière. Après deux touches anglaise et kazakh, avortées, d'autres contacts ont été noués à l'étranger (France, Angleterre et Italie) alors qu'une vaste campagne d'affichage publicitaire sera lancée sous peu pour valoriser l'identité picarde du club frontalier, avec l'espoir de retombées positives auprès des entreprises de la région.

"Bien plus que des joueurs, dont nous n'aurions besoin qu'en cas de départ, le but est de trouver des liquidités dans les partenariats que nous essayons de lancer à l'étranger, confie Roland Louf. Trouver de l'argent frais avant la fin de l'année civile serait bienvenu pour éviter les frayeurs connues en fin de saison dernière."

Mais l'actualité, dans la cité des Hurlus , c'est le retour aux affaires de Gil Vandenbrouck après sa maladie qui l'a obligé à céder le témoin à son adjoint, Claude Verspaille, pour le déplacement au Brussels.

"Je n'ai pas encore retrouvé une parfaite santé mais c'est suffisant pour travailler. Mes joueurs viennent d'ailleurs de livrer une bonne journée d'entraînement, je les ai trouvés très dynamiques", se réjouit le coach des Hurlus qui, malgré son absence samedi soir, a un avis tranché sur le partage que son équipe a été glaner au stade Edmond Machtens. "Sur notre terrain, on essaye toujours de donner quelque chose en spectacle. Le Brussels évolue constamment à dix ou à neuf derrière le ballon et ses joueurs attendent de placer une contre-attaque. Si je suis un coach offensif, je ne suis pas stupide. Il ne fallait donc pas entrer dans leur jeu. Dès lors, si on qualifie la rencontre de moyenne, j'estime qu'il faut essentiellement en imputer la faute à notre adversaire qui ne drainera pas les foules en évoluant de cette façon."

Si les Bruxellois jouent en fonction de leurs moyens actuels, le point qui a été ramené par les Mouscronnois pourrait s'avérer précieux. "Si nous confirmons contre Lokeren, à domicile, ce sera un très bon point. Avec un gros pourcentage de réussite, les Waeslandiens viennent de renouer avec le succès. Il y a dans cette équipe certains éléments à ne pas laisser jou- er."



© La Dernière Heure 2006