L’entrée en jeu du Diable a permis à Lille de s’imposer à Auxerre (1-3)
FRANCE LILLE “Quand tu vois le banc de touche de Lille au coup d’envoi…”

PARIS Laurent Fournier est fataliste. L’entraîneur auxerrois a vu ses hommes plier sur les coups de boutoirs des remplaçants du Losc et en premier lieu d’Eden Hazard.

Pour la première fois cette saison, le joueur le plus utilisé dans les rangs nordistes avait été laissé sur le banc au coup d’envoi par Rudi Garcia.

“Il avait beaucoup joué et c’était primordial de le faire un peu souffler ce soir (samedi soir) pour qu’il soit mieux mardi”, précise l’entraîneur nordiste.

“Le coach a eu raison”, estime Hazard qui vient de plonger ce week-end avec ses coéquipiers dans un long tunnel de 7 matches en 21 jours.

Le Diable a fait son apparition conjointement avec Jelen en lieu et place d’Obraniak et de Rodelin (52e). Et son entrée a bouleversé le cours d’une partie que menaient les Auxerrois après le but en contre d’Oliech.

“Son entrée nous a fait mal, confirme Roy Contout. Eden a apporté de la vivacité, des dribbles, c’est ce qui nous manquait”, souligne Mathieu Debuchy. “Quand des joueurs comme Eden rentrent, c’est un plus, complète Florent Balmont. On ne peut pas dire le contraire”.

Ce n’est en tout cas pas la défense auxerroise qui va se risquer à le faire. À chaque touche de balle, le Diable a créé l’étincelle, se trouvant impliqué sur les trois réalisations des siens.

Hazard a d’abord commencé par offrir à Payet son premier but sous ses nouvelles couleurs, signant sa quatrième passe décisive de la saison (71e).

Son une-deux diabolique avec Cole a ensuite permis à Jelen de marquer face à ses anciens partenaires (80e) avant qu’il initie le mouvement qui a abouti au penalty transformé par Debuchy (90e+4).

Sans un petit excès de gourmandise en forme de crochet, le Diable aurait même pu marquer (72e).

“C’est vrai, j’aurais pu marquer, des gens m’en ont voulu quand je n’ai pas tiré… J’ai fait un choix. Il restait du temps et je savais qu’il y avait encore la possibilité de marquer, explique le Diable. J’ai essayé d’apporter ce que je sais faire. Le coach me demande d’être décisif et je l’ai été. Une passe décisive compte autant qu’un but.”

© La Dernière Heure 2011