Les footballeurs ukrainiens qui parviennent à quitter le pays pourront donc "s'enregistrer avec un autre club" même si la fenêtre prévue pour cela par chaque fédération nationale est close, indique la Fifa.

Alors que la mobilisation générale a été déclarée et que les hommes de 18 à 60 ans doivent a priori rester en Ukraine, il faudra pour cela qu'ils soient "autorisés" à partir "conformément aux règles actuelles sur les mouvements transfrontaliers des ressortissants ukrainiens", précise l'instance.

Chaque club ne pourra cependant accueillir plus de deux professionnels concernés par cette exemption - détaillée dans une annexe au règlement sur le statut des joueurs, portant sur les conséquences de l'invasion russe de l'Ukraine.

La semaine dernière déjà, le Bureau du Conseil de la Fifa avait suspendu les contrats des footballeurs et entraîneurs étrangers employés dans les championnats russe et ukrainien jusqu'à la fin de la saison.

Côté Russie, mise au ban du monde sportif et privée de compétitions internationales, l'objectif est de "faciliter le départ" de tous ceux qui n'auront pas trouvé d'accord avec leurs clubs, expliquait l'instance mondiale.

Ils auront donc "le droit de suspendre unilatéralement leur contrat de travail" jusqu'au 30 juin 2022, et pourront s'engager dans un autre championnat "au plus tard le 7 avril", même en étant hors des périodes de transfert.

Les joueurs et entraîneurs étrangers en Ukraine bénéficient de la même disposition, pour leur permettre "de travailler et percevoir un salaire" tout en "protégeant les clubs ukrainiens" mis à l'arrêt par les affrontements.