Ce vendredi soir, Shamar Nicholson est passé d’une émotion à l’autre en quelques secondes. De la frustration d’une rencontre compliquée, le Jamaïcain est passé à la joie avec ce but délibérateur en toute fin de match. "C’était un sentiment incroyable d’offrir ce but dans les dernières minutes de jeu, avançait l’attaquant de 23 ans. Je suis tellement heureux… Je n’ai pas eu une seule occasion mais j’ai gardé le bon état d’esprit. Je me suis dit que si j’avais une seule occasion, je pouvais marquer. J’avais le sentiment que j’allais marquer... Mes coéquipiers m’avaient d’ailleurs dit que j’allais inscrire un but (sourire)."

Avant cela, Nicholson a été bousculé par l’arrière-garde zébrée tout comme ce fut le cas de la majorité de son équipe, surtout en première mi-temps. "Bruges a bien commencé le match et a ouvert le score avec ce but venu de nulle part, expliquait Shamar Nicholson. C’était de la malchance et cela leur a donné de la confiance. Nous ne faisions alors que défendre et nous tentions tout pour ne pas concéder de goal. Le coach n’était pas déçu à la pause. Il nous a juste dit de montrer plus de caractère. Il fallait continuer à nous battre et chacun devait prendre individuellement ses responsabilités."

Et c’est cela qui a permis de briser la belle série de dix victoires de suite des Brugeois en championnat. Si le Sporting ne réalise pas une affaire en or au classement, ce nul lui permettra au moins d’attaquer les quatre dernières rencontres avec plus d’entrain. "Prendre un point face au leader qui restait sur une belle série va nous donner de la confiance pour la suite, concluait-il. Bien sûr que le Top 4 est encore possible, rien n’est fini. Quand on regarde le championnat, on voit que toutes les équipes peuvent battre toutes les équipes. Il faut essayer de faire des bons résultats et voir où cela nous mène. Le retour de Rezaei ? C’est bien quand il y a de la concurrence. Cela me permet de me sortir de ma zone de confort et de me pousser à travailler plus encore."

“Eliminés en avril ? Ce serait une honte”

Les Zèbres ont montré deux visages durant ces nonante minutes face au leader. “C’était compliqué surtout en première période, confirme Joris Kayembe au micro de la Pro League. On a beaucoup subi mais on n’a pas baissé les bras, on se devait d’au moins arracher un partage.” Et heureusement, le deuxième visage était nettement plus conquérant que le premier. “Notre bloc était trop bas, contre une équipe qui joue bien au ballon, on a passé beaucoup de temps à défendre. Puis à la pause, le coach a dit qu’on devait réussir à mieux sortir le ballon. Pour cela, il fallait aussi plus de mouvements et mieux garder le ballon devant, malgré la présence des défenseurs adverses. Ce qu’on a réussi à faire. Ce point est finalement important. On a joué de bons matchs les semaines précédentes, mais ça ne nous souriait pas. Ce partage nous fait du bien”, soufflait le défenseur latéral. Le but de Shamar Nicholson a libéré les Carolos. “Être en congés à la mi-avril ? On se bat pour ne pas l’être. Ce serait une honte d’être éliminés à l’issue de la phase classique. Avec notre effectif, on doit être dans le top 8.” Avec 41 points, les Hennuyers grimpent à la neuvième place du classement, à deux unités du top 8… et cinq du top 4.