''Je ne serai plus jamais ami avec Marc Degryse''

Football

Michel Dubois

Publié le

<i>''Je ne serai plus jamais ami avec Marc Degryse''</i>
© Photonews
Jan Ceulemans s'exprime pour la première fois depuis son limogeage du Club Bruges

BRUGES La scène a pu apparaître cocasse aux initiés. Lorsque, à la soirée du Soulier d'Or , il a remis le trophée du vainqueur à Mbark Boussoufa, Jan Ceulemans n'a laissé perler aucune émotion. Souvenez-vous, pourtant : le 1er avril 2006, à Gentbrugge, La Gantoise avait écrasé le Club Bruges par quatre buts à un. Boussoufa en avait signé trois. Le lendemain, le Club Bruges déboulonnait son idole.

"Je n'ai rien à reprocher à Mbark", avoue aujourd'hui Jan Ceulemans. "Ce n'est pas lui qui m'a viré. Si j'avais voté seul, je lui aurais offert le trophée, moi aussi."

Dix mois après, Jan Ceulemans s'exprime pour la première fois. Il a choisi de s'épancher dans Humo, le grand périodique néerlandophone. Un vent favorable a déposé ses confidences sur notre bureau.

"J'aurais pu réagir plus tôt, ne serait-ce que pour contrer les mensonges qu'on a propagés sur mon comp- te, mensonges émanant parfois de Bruges. J'ai préféré me taire jusqu'à ce que notre différend soit juridiquement réglé. C'est le cas aujourd'hui. Mais croyez-moi : le dédommagement qui m'a été alloué ne me permettra pas de vivre en rentier jusqu'à la fin de mes jours. Une confidence encore sur le sujet : la plupart des gens ont continué de me soutenir. Vous ne pouvez pas savoir combien de médias m'ont sollicité. J'avoue que cette reconnaissance m'a touché, même si elle n'émanait pas de la direction du Club."

Jan Ceulemans poursuit : "Quand je suis revenu... chez moi, Simons, Rozehnal, Ceh, Van Der Heyden et Spilar avaient quitté le Club. S'ils étaient restés, j'aurais joué le titre. À l'instar de Sollied, qui disposait, lui, d'une équipe apte à briguer cet honneur. L'effectif mis à ma disposition était celui d'une équipe de transition. Les renforts potentiels, c'est Marc Degryse qui les a attirés. Je ne critique pas son action : j'énonce un fait. Un exemple : quand Klukowski, le remplaçant de Van Der Heyden, a été blessé, personne n'était apte à le remplacer."

Jan Ceulemans et Marc Degryse étaient amis à l'époque. Ils ne le sont plus.

"Je n'ai jamais rien reproché à Degryse. Nous étions copains. Des copains doivent accepter l'un de l'autre que tout ne se déroule pas à la perfection. Des copains sont fidèles l'un à l'autre. Marc Degryse était mon ami. De vraies amitiés se nouent rarement en football mais nous nous sommes toujours bien entendus, Marc et moi. Ce temps-là est révolu. En ce qui me concerne, c'est pour toujours. J'ai conservé en revanche des contacts avec Franky Van der Elst. Je ne m'étais pas attendu à ce qu'il commente mon licenciement avec des larmes dans les yeux."

Michel D'Hooghe et Jan Ceulemans n'ont jamais été très liés. Le second dit du premier : "Michel D'Hooghe ne m'a pas déçu : je savais ce que je pouvais attendre de lui. Quand j'ai été engagé, Michel D'Hooghe a dit : Si Jan devait être viré, je partirais aussi. Il a ajouté : Je tiens mes promesses. Quand Marc Degryse a présenté sa démission, le président a assuré : Dans 48 heures, nous déciderons du sort des entraîneurs. Une heure après, ils étaient virés. C'est lui qui l'a dit, pas moi."

La petite histoire raconte que, dans son bureau, Michel D'Hooghe possède une photo de lui et de son chien, qu'il a surnommé Caje...



© La Dernière Heure 2007

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info