''Je suis prêt à prolonger''

Football

Grégory Dufert

Publié le

Mons - Racing Genk. Mirri est compétitif pour affronter le Racing

MONS Il ne fait guère de doute que la place laissée vacante par Dare Nibombe ce soir sera prise par Roberto Mirri. Après un premier tour plus que satisfaisant, l'Italien a payé cher ses deux cartes rouges prises à la fin du premier tour mais aussi une longue blessure musculaire lors du stage.


Podcast spécial FC Bruges - FC Brussels

"J'avais récupéré plus vite que prévu mais cela s'est corsé sur la fin, et j'en ai donc bien eu pour un mois et demi comme le staff médical l'avait laissé entendre", explique le défenseur italien. "Ce qui a été le plus dur n'a pas été de voir un nouveau défenseur central débarquer au mercato mais bien de ne pas pouvoir lutter à armes égales à cause de la blessure. Les vingt minutes jouées à Charleroi m'ont fait du bien. Cela m'a permis de retrouver le contexte de la montée sur le terrain, la concentration et tout ce qui accompagne un match officiel. Je me sens prêt mais c'est le terrain qui donnera la vérité."


Résultats, buteurs, classement : les résultats de la 26e Journée en direct

Le Toscan avoue qu'il aspire à voir son club prendre des points le plus vite possible pour pouvoir travailler plus sereinement. Mais il reconnaît qu'il y a autre chose... "Aussi pour discuter de mon avenir. La direction sait que je suis prêt à prolonger ici et si elle veut aussi me conserver pour la saison prochaine, les discussions ne devraient pas durer longtemps."

Avant cela, il faut donc continuer à prendre des points dans un stade Tondreau redevenu imprenable. "J'ai l'impression que l'équipe monte sur le terrain avec quelque chose en plus. C'est peut-être qu'on a pris conscience depuis Beveren au premier tour que c'est chez nous qu'on assurerait notre survie en D1. Mais je suis sûr que ça ne sera pas facile. Après le match de mercredi, Genk va venir avec le couteau entre les dents."

Et comme pour étayer ses impressions, il y a les souvenirs douloureux du match aller. "Je me souviens surtout du premier quart d'heure. Une fois ce cap passé, le match était fini. On a quand même livré une bonne partie par après et à 3-1, si on met la belle occasion qu'on se crée, tout peut changer. Mais si on constate qu'on joue souvent mieux après la pause et qu'on a du mal à démarrer nos rencontres, c'est évident qu'il ne faudra pas faire la même chose ce samedi. Au risque de rentrer à la mi-temps au vestiaire avec la tête bien basse."



© La Dernière Heure 2007

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info