Football

"Quand la sanction est tombée (dimanche) en fin d'après-midi (...) Nicolas Anelka l'a acceptée", a déclaré Jean-Louis Valentin


PARIS Jean-Louis Valentin, qui a démissionné dimanche de son poste de directeur délégué de la Fédération (FFF) auprès de l'équipe de France à la suite de la grève des joueurs, a indiqué mardi sur TF1 que Nicolas Anelka avait "accepté" son exclusion à la suite des insultes proférées à Raymond Domenech.

M. Valentin a détaillé le processus qui a conduit à l'exclusion de l'attaquant de l'équipe de France: "D'abord il y a eu deux (réunions), ce qui veut dire que la décision n'a pas été prise de manière hâtive et arbitraire".

"La première réunion, a raconté M. Valentin, a eu lieu sans Nicolas Anelka avec Patrice Evra, le capitaine, pour lui annoncer que compte tenu de la gravité des insultes reprochées à Nicolas Anelka, une sanction forte était envisagée sous la forme soit d'une exclusion soit d'excuses publiques".

"Une deuxième réunion (a eu lieu) avec Nicolas Anelka, a poursuivi M. Valentin. Il y a eu des échanges. Nicolas Anelka, et c'est son droit, n'a pas voulu se livrer à des excuses publiques. Il a dit 'je ne veux pas faire d'excuses publiques, vous ne pouvez pas faire autrement que de m'exclure'".

L'ancien directeur de la FFF, a souligné que dimanche soir, "quand il est parti, il est venu nous saluer. Pour nous l'incident était clos". Nicolas Anelka, qui a quitté l'Afrique du Sud dimanche, a été exclu pour avoir insulté le sélectionneur Raymond Domenech à la mi-temps du match France-Mexique le 17 juin. Les insultes ont été révélées par le journal l'Equipe.

L'équipe de France a été éliminée mardi de la Coupe du monde après sa défaite (2-1) face à l'Afrique du Sud à Bloemfontein.

© La Dernière Heure 2010