Désigné homme du match par les téléspectateurs d’Eleven, Joao Klauss, buteur et passeur vendredi soir, mettait en exergue la prestation des siens. "Être élu homme du match, cela me fait plaisir mais ce qui me procure davantage de satisfaction, c’est ce qu’on a proposé face à une belle équipe. On a montré un beau visage, un beau jeu. C’est de bon augure pour la finale de la Coupe." Avec le poteau d’Amallah et l’occasion de Bastien dans les derniers instants, le Standard aurait pu revendiquer plus. "On méritait plus qu’un point. Cela pouvait tomber des deux côtés, c’est vrai, mais on peut être déçu du résultat."

Après avoir gaspillé une belle occasion en première période, Joao Klauss a su remettre l’ouvrage sur le métier en faisant preuve d’une grosse force mentale. "C’est important de ne pas gamberger après une occasion manquée, c’est le meilleur moyen pour louper la suivante. On est humain et donc imparfait mais il faut se donner à fond." Se donner à fond, le Brésilien le fait depuis son arrivée en bord de Meuse en janvier dernier. Une attitude qui, pour lui, est tout ce qu’il y a de plus normal. "Dans le football moderne, tu dois courir beaucoup, te donner pour les autres. C’est plus facile si tout le monde bosse ensemble." Quant au top 4, il s’est définitivement éloigné vendredi soir pour des Rouches qui devront cravacher pour accrocher le top 8. "Il nous reste trois matchs, on donnera tout ce qu’on a pour prendre neuf points et on fera les comptes après."

"Un partage, ce n’est pas suffisant"

Jackson Muleka Buteur providentiel en fin de match pour l’égalisation, Jackson Muleka a de nouveau fait parler son sens du placement pour un nouveau but de la tête. "Il fallait aller chercher ce ballon", précisait-il. "Lorsqu’on joue à deux devant, cela fonctionne bien." Le Congolais était de retour sur le banc après deux titularisations mais il n’en tenait pas rigueur à son coach. "Je n’étais pas déçu, l’entraîneur a opté pour une autre tactique et cela a fonctionné même si on n’a pas eu de chance en fin de rencontre." Muleka faisait référence aux nombreuses possibilités liégeoises en fin de match. "On n’a pas eu de chance, notamment sur le poteau de Selim. On a quatre occasions dans les derniers instants. Malheureusement, un point, ce n’est pas suffisant pour nous." Un point de vue partagé par son capitaine du soir, Samuel Bastien. "C’était un match serré face à une bonne équipe de Genk. On était dangereux en contre-attaque. Ce résultat est frustrant car, au vu de notre situation, on voulait les trois points. On doit continuer et ne rien lâcher car ce n’est pas encore joué."