Tubize va encore recruter cinq joueurs mais ne fera pas n’importe quoi.

Il y a un peu plus de deux semaines, Tubize reprenait le chemin des entraînements. En stage en Alsace, l’équipe travaille ses gammes sous les ordres de Sergio Demba, un coach à l’opposé de ce que le club avait connu jusqu’ici, comme le confie Josselin Croisé, directeur général du club. "Le coach a des méthodes différentes de ce que les joueurs ont pu connaître jusqu’à présent. La discipline et le travail sont ses maîtres mots. Cette discipline, il l’appliquera aussi bien au niveau du respect des arbitres que de la vie de groupe. Les joueurs doivent être à la disposition du club et pas l’inverse."

À ses côtés, on retrouve Michel De Wolf. "L’an passé, on a peut-être manqué d’un T2 qui pouvait communiquer avec les joueurs. Notre staff s’est belgicisé . Je ne dis pas que c’était nécessaire mais c’est un atout supplémentaire. Tout comme nous avions besoin d’un staff parlant plusieurs langues pour communiquer avec tout le monde, ce que nous n’avions pas par le passé."

Actuellement, le staff travaille avec un groupe de 21 joueurs (Denayer en test compris). Il est donc impératif que d’autres joueurs arrivent. "Nous sommes en construction dans tout l’axe du jeu : défenseur central, milieu défensif et attaquant principalement. Le coach a besoin de 26 joueurs. Mais on ne veut pas faire n’importe quoi, ni faire de choix par défaut. On veut des joueurs qui apportent plus que ceux qui sont partis. On espère boucler ces transferts le plus rapidement possible."

Car les autres clubs de D1B sont déjà bien armés. "Nous sommes le Petit Poucet du championnat point de vue budget mais ce n’est pas parce que nous avons les moins grosses armes qu’on va se laisser faire. Ce n’est pas parce que les autres recrutent en masse que nous devons faire n’importe quoi."