Découvrez la Face Cachée de Milan Jovanovic dans Tribune VIP


Revivez le chat


Jovanovic : "Flatté par l'intérêt de Hambourg"


ANGLEUR L'attaquant du Standard nous dévoile un petit coin de sa vie en évoquant ses souvenirs de jeunesse, ses expériences à l'étranger et en Belgique.

Avez-vous des passions dans la vie?
Je ne passe pas un jour sans être concerné par le football. Les entraînements, les matches, les interviews,... cela ne laisse plus beaucoup de temps pour le reste. Je consacre la majeure partie de mes temps libres à ma famille depuis que mon épouse et mes deux enfants sont en Belgique. A part cela, j'aime beaucoup lire. Il faut aussi savoir que j'étudie aussi le management à l'université de Novi Sad. Par sa population, Novi Sad est la deuxième plus grande ville de Serbie après Belgrade.

Vous souhaitez préparer votre après carrière?
En effet, je me vois toujours dans le football après ma carrière. Le rôle de Directeur Sportif me conviendrait bien. Entraîneur? Non, cela me me semble bien trop stressant.

Si vous n'aviez pas été joueur de football, qu'auriez-vous fait?
J'aurais été avocat. J'ai connu une expérience très difficile en Russie. J'ai eu de nombreux problèmes avec mon contrat me liant au Lokomotiv Moscou. J'étais au tribunal et j'ai presque dû me défendre seul tant l'avocat était à côté de ses pompes. Je pense que j'avais le feeling pour trouver les bons arguments. Si j'avais étudié le droit, je suis persuadé que j'aurais pu être très bon dans ce domaine. Nous avons finalement gagné le procès. Il faut aussi savoir que c'est moi qui avait rédigé le contrat avec le Lokomotiv. J'ai en effet d'assez bonnes notions de russe. Par contre, je ne me suis pas occupé de mon contrat avec le Standard!

Etes-vous heureux en Belgique?
Oui, très heureux. Je trouve que la Belgique est un pays très agréable. Vous avez de belles infrastructures, de bonnes autoroutes et ce que j'apprécie le plus c'est que l'on peut trouver tous les produits du monde. La qualité de vie est très bonne... mais évidemment quand on a de l'argent tout est plus facile. Ma famille se plait bien ici mais mes enfants n'apprennent pas encore le français.

Si vous quittez le Standard, pensez-vous rejouer un jour en Belgique?
Jamais je n'irai à Anderlecht, qui est tout de même un grand club en Belgique. Mais pourquoi pas terminer ma carrière au Standard, ce serait même un rêve. Entourer les jeunes et leur faire profiter de mon expérience pourrait être un beau défi. Le championnat belge n'est pas un grand championnat mais c'est très difficile de jouer ici, le jeu est très physique.

Quelles sont vos qualités et vos défauts?
Ma principale qualité est que j'ai un caractère fort. Je suis juste et je dis ce que je pense. Je suis aussi le premier à reconnaître quand je fais des erreurs. Mon défaut? Je suis bien trop impulsif!

Vous avez un souvenir de jeunesse?
Je me souviens qu'avec mon père nous avions été voir le derby entre l'Etoile Rouge et le Partizan Belgrade. Je devais avoir sept ans et il y avait plus de 95,000 supporters dans le stade, c'était de la folie. A l'époque, mon père et moi étions supporters du Partizan. Je me souviens parfaitement de la rencontre, l'Etoile Rouge l'a emporté 1-0grâce à un but de Vladan Lukic.

Estimez-vous mériter le Soulier d'or? Cela peut-il influencer votre décision?
Ce n'est pas à moi de décider si je mérite de gagner mais je me vois dans le Top 3. A mon avis, le podium sera constitué de Mbokani, Witsel et moi-même. Si je termine troisième, je serai déçu. Je pense honnêtement que le titre se jouera entre moi et Mbokani. Que je gagne ou pas le Soulier d'Or n'influencera pas ma décision de rester ou de quitter le club.

Avez-vous une question à poser à notre prochain invité VIP, Silvio Proto?
Je ne le connais pas bien mais c'est un très bon gardien. Je voulais savoir quelle sensation il a eu quand il a marqué ce goal incroyable de la tête?

© La Dernière Heure 2009