Les règles établies pour la saison qui arrive poursuivent trois objectifs: améliorer les attitudes et le respect de l'arbitrage, limiter la perte de temps, et rendre le football plus attrayant. 

Même les réservistes et les membres du staff installés sur le banc, ne seront pas épargnés par les cartons jaunes et rouges. C'est ce qu'a notamment expliqué le nouveau patron de l'arbitrage belge Bertrand Layec, qui a également une nouvelle fois tenté de clarifier les fautes de main (hands), mardi lors d'une séance d'information au Centre belge de football de Tubize.

Le département des arbitres de l'Union royale belge de football (URBSFA) souhaite rétablir la confiance dans les arbitres.

Pour ce faire, l'autorité des arbitres sera protégée, et un certain nombre de règles sont prévues à cet effet. "Bien que le traitement humain prévaudra toujours", a déclaré Layec.

C'est ainsi que les réservistes et les membres du staff installés sur le banc, se verront sanctionnnés d'un carton jaune ou rouge s'ils se comportent mal.

Une responsabilité importante incombe à l'entraîneur principal. Si un arbitre ne sait pas précisément quel joueur ou assistant doit être puni pour mauvais comportement, ce sera à l'entraîneur de lui indiquer son nom. Il se verra lui même adresser un carton s'il s'y refuse.

Afin de lutter contre les pertes de temps, un joueur blessé ou remplacé devra quitter le terrain le long de la ligne extérieure la plus proche.

"Il ne sera donc plus possible de ralentir au fur et à mesure que la zone neutre se rapproche", a assuré Layec.

Lors d'un coup franc, les attaquants devront se tenir à un mètre du mur de défense, afin d'éviter des frottements inutiles et des pertes de temps supplémentaires. Le gardien ne devra avoir qu'un seul pied sur la ligne de but, et non plus les deux, lors d'un penalty. Ce qui grâce au VAR sera facile à vérifier. Les contrevenants risqueront de se voir punis d'un carton jaune. Il sera aussi désormais interdit de déconcentrer le tireur en faisant bouger le cadre du but ou les filets.

Layec a reconnu que la problématique du hands reste des plus compliquées. Il a admis que cela restera avant tout une question d'interprétation, mais avec un règle incontournable: toute position du corps non naturelle, élargie par les bras, est punissable en cas de hands. La règle doit être de maintenir les bras le long du corps (ce qui est plus facile à dire qu'à faire, dans certaines situations, ndlr). "De toute façon il s'agira toujours d'une zone grise", a reconnu Layec, "mais que nous tentons de gérer le mieux possible..."

Pour un attaquant, tout contact avec le bras, intentionnel ou non, générant une chance de marquer, est désormais interdit. Il y aura aussi toujours faute lorsque le ballon touchera le bras levé au-dessus de l'épaule, sauf si le joueur a frappé par maladresse sur son propre bras. De même si le ballon touche le bras d'un joueur en glissade non intentionnelle, il n'y aura pas lieu de sanctionner. Sauf bien sûr lorsque le bras devient une extension du corps...