L'Angleterre a continué seul son chemin en tête du groupe F des qualifications du Mondial-2018 en battant largement son vieil ennemi écossais, vendredi soir (3-0) à Wembley, renforçant un peu plus la candidature de son sélectionneur par intérim Gareth Southgate.

Avec ce succès contre une faible équipe d'Ecosse, seule nation britannique absente de l'Euro-2016, les "Trois Lions" conservent leur avance de deux points sur la Slovénie, victorieuse de Malte vendredi. Mais, les deux équipes, en arborant un brassard orné d'un coquelicot commémoratif en hommage aux soldats tués au combat, comme le veut la tradition britannique, pourrait maintenant faire face à des sanctions de la Fifa, qui refuse tout message politique sur les maillots.

Quoi qu'il en soit, Southgate, favori selon la presse britannique, pour se succéder à lui-même à titre définitif, a renforcé encore un peu plus sa candidature.

Si l'équipe d'Angleterre n'a pas déroulé un jeu éblouissant, les hommes du capitaine Wayne Rooney ont toutefois proposé un jeu beaucoup plus sérieux, engagé et entreprenant que lors de la bouillie de football présentée lors de leur dernière sortie contre Malte (2-0).

Malgré cette victoire sans trop de douleur, obtenu grâce à trois jolis coups de tête de Daniel Sturridge (24), Adam Lallana (50) et Gary Cahill (61), des questions restent en suspend.

Southgate en a-t-il montré assez pour se voir confier le poste à titre définitif? Si comme le croît la presse britannique, la Fédération anglaise attendait le résultat contre l'Ecosse pour se décider, alors oui. Les Anglais n'ont jamais été en danger et ont joué leur match le plus convaincant depuis l'arrivée de l'impeccable technicien.

La montée en puissance de Southgate pourrait en revanche sceller le sort de son homologue écossais Gordon Strachan, dont les résultats dans le groupe F sont médiocres avec une victoire (contre Malte), un nul (Lituanie) et deux défaites (Slovaquie et Angleterre).

Autre question levée par le match, Rooney a-t-il mérité la confiance accordée par Soutgate?

Le joueur de Manchester United, redevenu titulaire en sélection, n'a encore pas pesé dans le jeu anglais. Il a même fait les mauvais choix à plusieurs reprises comme lors de cette passe en retrait pour personne, qui aurait pu profiter aux Ecossais si Leigh Griffiths avait bien joué le coup (30), ou encore en préférant passer dans la surface plutôt que tirer en bonne position (38).

Seule action à mettre au crédit de l'attaquant aux 119 sélections: c'est lui qui a tiré le corner sur le but de Cahill. Mais c'est plutôt le défenseur de Chelsea qui a fait tout le travail en plaçant une belle tête décroisée.

Avant cela, le danger était venus des latéraux de Tottenham. Le centre de Kyle Walker dans la boîte, trouvait Sturridge qui trompait Craig Gordon de la tête (24). Puis, au retour des vestiaires, Danny Rose glissait un centre en retrait parfait pour Lallana, qui ajustait un tête hors de portée de Gordon (50).

Les Ecossais n'ont pas eu grand-chose à offrir en retour. Ils n'avaient de chatoyant que leur maillot: rose pétant.