Sous le mot-dièse "#GritaloporD10s !" ("Crie pour Diego, le N10"), la Fédération argentine de football (AFA) a invité les supporters de l'Albiceleste à passer à 16H09 (21H09 HB) précises la bande-son du commentateur du match, elle aussi historique, et à célébrer Maradona lorsque le ballon rentre dans les cages.

Alors que dans les mémoires perdure la fameuse "main de Dieu", comme le malicieux capitaine a lui-même baptisé son premier but lors de ce match, les Argentins mettent l'accent sur le deuxième, lorsque, parti de la moitié de terrain, Diego Maradona a marqué le but victorieux (2-1) après avoir dribblé six joueurs anglais, dont le gardien.

Les supporters étaient également invités à raconter ce but sur les réseaux sociaux et à montrer les tatouages, très populaires en Amérique du sud, qu'il a induit ou toute autre allusion à ce moment mémorable pour l'Argentine qui n'a plus remporté de titre mondial depuis.

Ce quart de finale de la Coupe du monde au Mexique avait également une connotation diplomatique pour les Argentins qui l'ont vécu comme une revanche sur l'Angleterre après la défaite en 1982 dans la guerre des îles Malouines, au large de l'Argentine, au cours de laquelle 648 soldats argentins et 255 britanniques sont morts.

Après ce quart de finale contre l'Angleterre, l'Argentine avait éliminé la Belgique en demi-finales, grâce à un doublé de Maradona, et remporté sa 2e Coupe du monde en battant l'Allemagne 3-2 en finale.