Si le choix de Leo Messi peut laisser perplexe pour le Ballon d'or, d'autres récompenses attribuées ont soulevé une certaine polémique. Outre le prix décerné à Lewandowski de meilleur attaquant comme lot de consolation, c'est surtout celui du trophée Yachine qui pose problème.

Gianluigi Donnarumma a gagné la récompense du meilleur gardien de but de l'année. Vainqueur de l'Euro avec l'Italie, il avait également été sacré meilleur joueur. L'Italien avait donc des arguments à faire valoir... comme d'autres. Et plus particulièrement Edouard Mendy.

En effet, le gardien sénégalais a tout de même remporté la C1 avec Chelsea. Etincelant avec les Blues, l'ancien de Rennes a effectué 28 clean sheet en 58 rencontres avec les Londoniens. Un bilan qui le place devant le portier du PSG (20 en 54).

Pour Canal+ Sport Afrique, Habib Beye a été très amer face à ce choix. L'ancien défenseur de Marseille a crié au scandale: "Voilà, c’était écrit sur la liste. C’était écrit sur la liste, c’était déjà écrit depuis des années", a-t-il fulminé. "C’est même écrit à la FIFA quand ils font des tweets où ils mettent le gardien Edouard Mendy sans son maillot, dans le fond et caché. C’est la réalité. Il faut pouvoir l’entendre et arrêter d’être hypocrite."


L'ancien chroniqueur, devenu entraîneur du Red Star, a expliqué son point de vue. "La réalité c’est que vous avez vu les statistiques. Le nombre de clean sheets d’Edouard Mendy est beaucoup plus important que celui de Donnarumma", a-t-il ajouté. "La saison, dans sa globalité est beaucoup plus aboutie pour Mendy qu’elle ne l’est pour Donnarumma. Là on a récompensé un joueur sur un mois de compétition et sa saison au Milan qui n’est pas mauvaise. Mais je pense qu’Edouard Mendy a fait une meilleure saison dans sa globalité avec Chelsea, en plus avec la Ligue des champions."

Pour Habib Beye, Edouard Mendy paye la non-médiatisation de sa sélection et du continent africain. "S'il n'a pas gagné le trophée, c'est parce qu'il est Africain et Sénégalais. Et que sa sélection ne rayonne pas médiatiquement comme l'Italie. Aujourd'hui, des entraîneurs considèrent que la CAN est un petit tournoi. Toutes ces choses font qu'on ne reconnait pas un international africain, comme Polonais d'ailleurs, comme un international italien comme Donnarumma."


Finalement, le débat est vieux comme le monde au niveau du plus prestigieux trophée individuel: le Ballon d'or doit-il être attribué au meilleur joueur de sa catégorie sur douze mois, celui qui est le meilleur dans les moments importants ou le meilleur de façon historique?

Habib Beye estime lui que le trophée doit récompenser le meilleur joueur sur une année complète. "Non ! Il n’y a pas d’année exceptionnelle. Pourquoi valoriser un Euro plus que la Ligue des champions? Qu’est-ce que l’année exceptionnelle? L’année exceptionnelle c’est douze mois et pas un mois de compétition. Arrêtons avec cette hypocrisie de dire qu’il y a l’Euro et que c’est une année exceptionnelle. Sur douze mois, Edouard Mendy est le meilleur gardien d’Europe. Il n’y a même pas de débat", a-t-il conclu.