L'Autriche, plus faible équipe à avoir jamais disputé un Euro, s'accroche aux mythes de Cordoba et de la Wunderteam, les deux seules heures de gloire de son football.

VIENNE>



L'Autriche, plus faible équipe à avoir jamais disputé un Euro, pour lequel elle n'est qualifiée qu'à titre de pays co-organisateur avec la Suisse (7-29 juin), s'accroche aux mythes de Cordoba et de la Wunderteam, les deux seules heures de gloire de son football.

Loin de leur infâmante 101e place mondiale actuelle au classement de la Fifa (NDLR: ils en ont gagné une mercredi), les Autrichiens ont un temps régné sur le football européen. C'était dans les années 30.
Emmenée par leur génial capitaine Matthias Sindelar et entraînée par Hugo Meisl, la Wunderteam enchaîne 14 matches sans défaite entre avril 1931 et octobre 1932, humiliant au passage tous leurs rivaux: Ecosse (5-0), Allemagne (6-0 et 5-0), Suisse (8-1), Italie (2-1) et Hongrie (8-2).

Vainqueurs de la Coupe d'Europe centrale en 1932, les Autrichiens décrochent l'argent aux JO-1936 de Munich avant de voir leur équipe nationale dissoute lors de l'Anschluss nazi de 1938.

Troisième du Mondial-1954, il faudra attendre 1978 pour voir le football autrichien briller à nouveau d'un bref éclat. Le 21 juin, en match de second tour du Mondial argentin, l'équipe nationale bat pour la première fois depuis 47 ans son vieux rival allemand, alors champion du monde en titre, sur le score de 3-2.

Le "miracle de Cordoba", devenu depuis un produit marketing incontournable de l'Euro-2008 en Autriche, est alors si incroyable que le cri de joie du commentateur radio Edi Figer "I wer' närrisch!" ("Je deviens dingue!", en dialecte autrichien) est lui aussi entré dans la légende.

Et tout Autrichien veut espérer qu'il retentira à nouveau le 16 juin lors de la rencontre du groupe B qui verra l'Autriche affronter à nouveau l'Allemagne, 30 ans presque jour pour jour après Cordoba.

Resté sans suite en Argentine -- les Autrichiens furent tout de même éliminés -- l'exploit coûta à l'époque l'accès aux demi-finales aux Allemands. Il reste la dernière victoire en date de l'Autriche contre un champion du monde en titre.

Trois des artisans du "miracle", Herbert Prohaska, Hans Krankl et l'actuel sélectionneur Josef Hickersberger ont par la suite entraîné l'équipe nationale, sans grand succès jusqu'à présent.

Les mauvais esprits rappellent que l'histoire du foot autrichien a également connu des pages moins glorieuses, notamment la "honte de Gijon" lors du Mondial-1982 en Espagne, où Autrichiens et Allemands se séparèrent sur le score arrangé de 0-1 qui leur permettait à tous deux de se qualifier pour la deuxième phase aux dépens de l'Algérie.

© La Dernière Heure 2008