Mouscron - Club Bruges 0-1

MOUSCRON: Vandendriessche; Charlet, Besengez, Beloufa, Lorenzi; De Vleeschauwer, Benajiba (83e Lecomte), Noukeu, Coulibaly (80e Hempte), Dimbala; Zewlakow.

CLUB BRUGES: Butina; Van Der Heyden (81e Klukowski), Clement, Maertens, Cornelis; Englebert, Simons (89e Rozehnal), Ceh; Blondel (64e Balaban), Lange, Verheyen.

ARBITRE: M. Vervecken.

AVERTISSEMENTS: De Vleeschauwer, Verheyen, Besengez, Zewlakow.

LE BUT: 79e Balaban (0-1).

MOUSCRON En s'imposant avec peine par le plus petit écart samedi soir au Canonnier, les leaders du championnat ont fait un grand pas vers le titre puisqu'ils possèdent à présent huit unités d'avance sur les Anderlechtois à trois journées de la fin. Un résultat qu'ils forgèrent dans la douleur contre une surprenante phalange mouscronnoise, certainement pas récompensée de son excellente prestation.

Confronté à une kyrielle d'indisponibilités chez les Hurlus, Geert Broeckaert dut effectuer de nombreux changement dans son onze de base, par rapport au week-end dernier à Charleroi, à l'occasion de la venue des Brugeois du Club. Charlet prit, ainsi, place au poste d'arrière droit suite à la suspension de Teklak tandis que Besengez, préféré au jeune Van Gyseghem, épaula Beloufa dans l'axe de la défense mouscronnoise. De Vleeschauwer retrouva le flanc droit de l'entrejeu après avoir purgé son match de suspension. Un entrejeu renforcé, pour cette confrontation de prestige, par la première titularisation de la saison de Coulibaly. À charge pour Zewlakow, aligné seul en front de bandière, à la place de Siljak (blessé), de tenter de surprendre l'arrière-garde des Blauw en Zwart.

Ce qu'il fit à deux reprises durant le premier acte. L'attaquant polonais prit, d'abord, Cornelis de vitesse après seulement sept minutes de jeu mais Butina repoussa sa tentative des poings. Le meilleur artificier actuel de l'Excel hérita, ensuite, de l'opportunité la plus franche de cette première période au quart d'heure en profitant d'une perte de balle de Van Der Heyden. Son envoi fut, cependant, dévié in extremis sur le montant par le talon du portier visiteur. Déconcertés par la qualité de la réplique offerte par leurs hôtes d'un soir, les leaders de notre compétition domestique éprouvèrent quant à eux énormément de difficultés pour s'approcher du grand rectangle adverse. Et lorsqu'ils y parvinrent, ils manquèrent souvent de lucidité à la finition. À l'instar de Lange qui, par deux fois (6e et 41e), galvauda devant Vandendriessche. Les troupes de Trond Sollied tentèrent, aussi, de forcer la différence de loin par Ceh (14e) et Van Der Heyden (35e). En vain. Les mille six cent supporters du Club, présents au Canonnier, poussèrent même un grand ouf de soulagement lorsque l'arbitre siffla la pause tant la pression hennuyère s'accentuait sur le camp flandrien. Butina sauva, d'ailleurs, les siens juste avant le repos en s'interposant vaillamment devant Noukeu.

Totalement désemparés face à l'excellente organisation locale, les éléments de la Venise du Nord subirent les échanges au retour des vestiaires. Inquiet de la tournure prise par les débats, Trond Sollied décida alors de lancer Balaban dans la bagarre à la place de Blondel. Malgré les multiples tentatives brugeoises, ce furent encore les Frontaliers qui se montrèrent les plus dangereux en contre-attaques. Et sans une brillante parade de Butina à la 71e minute, l 'Excel aurait pu déflorer la marque sur un superbe envoi de Benajiba.

Sans jamais baisser les bras, les Blauw en Zwart réussirent finalement à faire sauter le verrou mouscronnois grâce à Balaban. Monté au jeu un quart d'heure plus tôt, le Croate ajusta Vandendriessche d'une frappe sèche à l'entrée des seize mètres offrant ainsi une victoire, certes, courte à son équipe mais ô combien importante en vue du titre.

© Les Sports 2005