Disputer des rencontres dans des enceintes vides n'est plus une option pour l'UEFA, a dit son président Aleksander Ceferin à Sky Sports. "Nous disposons de plusieurs scénarios mais celui d'un Euro à huis clos n'est pas sur la table", a déclaré le Slovène. Le nombre de fans admis dépendra des mesures prises dans chaque pays.

"Chaque hôte doit pouvoir garantir la présence des fans lors des matches. Le schéma idéal est de jouer le tournoi dans les douze villes initialement prévues mais si ce n'est pas possible, nous continuerons avec 10 ou 11 pays", a ajouté Ceferin.

Début avril, les pays concernés devront faire savoir à l'UEFA le nombre de spectateurs qu'ils pensent pouvoir accueillir. Ils devront également présenter un plan de secours.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré être enclin à organiser davantage de matches du prochain Euro alors que le stade londonien de Wembley sera déjà le théâtre de trois matches du groupe D, d'un huitième de finale, des demi-finales et de la finale.

Les autres villes hôtes sont Bakou, Bilbao, Budapest, Bucarest, Dublin, Glasgow, Copenhague, Munich, Rome et Saint-Pétersbourg.

Le comité exécutif de l'UEFA doit se réunir le 19 avril pour évoquer, entre autres, l'Euro, déjà reporté d'un an en raison de la pandémie de coronavirus. Une décision finale concernant les villes hôtes est attendue pour le 20 avril lors du Congrès de l'UEFA.

Les Diables Rouges figurent dans le groupe B avec le Danemark, la Russie et la Finlande. Ils disputeront deux rencontres à Saint-Pétersbourg et une à Copenhague