Le malheur de Pister fait le bonheur de certains Montois

MONS Aux yeux de Thierry Pister, David Fleurival était si important que le Gantois n'avait vu aucun inconvénient au départ du médian pour la Guadeloupe alors que le championnat battait son plein.

C'est sur son île, où sa sélection a décroché son billet pour la Gold Cup de juin au Canada, que l'ex-joueur de Boavista a appris le limogeage de Pister. "Je n'étais pas présent pour en tirer profit, mais la possibilité de jouer trois fois 90 minutes était trop belle" , précise David Fleurival.

Ce dernier a découvert l'information sur Internet. "Je m'attendais à ce qu'un changement se produise mais dire que cela m'a réjoui serait travestir la vérité. J'avais du respect pour l'homme, même si je regrette que l'entraîneur n'ait pas essayé de me faire confiance, alors que les résultats ne suivaient pas. À présent, tous les compteurs sont remis à zéro."

Ce n'est que samedi qu'on saura si Christophe Dessy voit en David Fleurival un élément incontournable. Vu l'état de fébrilité dans lequel se trouvent plusieurs éléments, touchés par un virus, les chances de le voir face à Zulte sont réelles.

"Notre nouveau coach, je l'ai côtoyé une fois en Espoirs. Cela s'était bien passé et à mon retour, on s'est revu dans son bureau pour une entrevue constructive. J'espère que je serai à la hauteur s'il m'offre la possibilité de prouver mes qualités. Depuis qu'il est là, les choses se sont en tout cas améliorées dans le vestiaire. L'esprit est plus solidaire. Sa façon de travailler peut porter ses fruits..."

Convaincu de devoir quitter le club il y a un mois, notre hom- me laisse aujourd'hui la porte ouverte.

"Il reste un match à jouer : c'est un peu juste pour me faire changer d'avis. Je regrette que cela ne se soit pas bien déroulé. Mais si l'occasion de m'imposer dans l'équipe se présente, je ne vois pas pourquoi je m'en irais..."



© La Dernière Heure 2008