L'Union belge va-t-elle revoir la formule de la compétition ?

BRUXELLES La Coupe est la seule organisation nationale, avec les divisions inférieures, qui est encore entre les mains de l'Union belge, puisque la D1, on le sait, est géré par la Ligue Pro. Du côté de la Maison de Verre , on est donc soucieux de soigner au maximum l'image de marque d'un produit devenu, au fil des ans, assez terne dans l'esprit du grand public.

A cet égard, le week-end qui se profile et qui est donc consacré à la Coupe, ne rapportera pas d'autres recettes aux clubs engagés que celle générée par la vente des tickets. Pas d'apport extérieur donc, puisqu'au mieux, c'est au stade des quarts de finale que devraient surgir quelques annonceurs nationaux convaincus d'une présence dans les stades. "Soyons sincères, nous glisse Frédéric Roy de la société IP Event, les sponsors ne se bousculent pas quand on évoque la Coupe. Jusqu'ici, seule la finale héritait d'une bonne écoute avec l'installation de panneaux spécifiques autour du terrain. Mais comme nous bénéficions de deux années, que je qualifierais de transition, pour mieux vendre le produit à quelques sponsors uniques, je crois qu'on peut aboutir, pour cette époque-là, à un résultat positif. "

En clair, pour cette édition en cours de la Coupe, les sponsors ne devraient apparaître qu'au stade des quarts de finale. L'objectif, pour la saison suivante, étant qu'ils soient présents dès les huitièmes. "Mais il est prioritaire de dépoussiérer le principe même de cette Coupe. Nous avons par exemple dans nos cartons un projet qui favoriserait une formule avec des poules. Une formule qui permettrait aux clubs qui possèdent le plus de supporters d'avoir la garantie de passer plusieurs fois en direct à la télévision, et formule qui ne ternirait pas pour autant l'éthique sportive, puisque le petit pourrait toujours se qualifier au détriment d'un grand..."

Ceux qui savent lire entre les lignes l'auront compris : un tel projet est très similaire de celui qui a été adopté par l'Uefa en créant la Ligue des Champions. Une compétition qui, au niveau des sponsors, se limite à quelques gros annonceurs qui ont la garantie d'être présents dans tous les stades européens. Une présence achetée au prix fort. Tant mieux pour nous, vous répliqueront les clubs concernés. On les comprend.