"Laissez-moi être très clair: la Fifa n'a jamais proposé de Coupe du monde biennale", a affirmé Infantino à la tribune lors du Congrès annuel de la fédération internationale à Doha, au Qatar, où ce dossier brûlant n'a même pas été porté à l'ordre du jour.

"Le dernier Congrès de la Fifa (en 2021, NDLR) a chargé par un vote l'administration de la Fifa d'étudier la faisabilité d'une Coupe du monde tous les deux ans", a-t-il rappelé.

"La Fifa n'a rien proposé du tout. Elle est parvenue à la conclusion que c'était faisable et que cela aurait des répercussions, un impact. La phase d'après, c'est la consultation, la discussion, trouver un accord et des compromis", a-t-il poursuivi.

En laissant son directeur du développement, le Français Arsène Wenger, prôner dès mars 2021 le passage à une Coupe du monde tous les deux ans, alors qu'elle se déroule tous les quatre ans depuis 1930 chez les hommes et 1991 chez les femmes, la Fifa avait pourtant donné le sentiment d'un projet déjà ficelé.

L'organisation, qui promettait davantage de revenus "de solidarité" à chacune de ses fédérations si la réforme aboutissait et s'était assuré le soutien des fédérations africaines et asiatiques, a néanmoins peiné à convaincre qu'elle était réellement ouverte à toutes les options pour réformer le calendrier international au-delà de 2024.

Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin, à la tête du front du refus avec la Conmebol sud-américaine, s'était dit persuadé début mars que le projet, qui menace directement la lucrative Ligue des champions et les richissimes clubs européens, était désormais "exclu".

Après ce recul, il faudra voir quelle orientation prend désormais la réforme du calendrier: certains évoquent un retour de la Coupe des confédérations, mini-tournoi à huit sélections disputé entre 1992 et 2019, ou un élargissement aux équipes américaines de la Ligue des nations, créée en 2018 par l'UEFA.

"Il faut débattre pour trouver ce qui est le plus adapté pour tous. Les gros doivent devenir plus gros, et les petits doivent aussi en tirer bénéfice. Donc merci à tous pour vos contributions", a conclu Infantino.