La finale anglaise

Football

Publié le

La finale anglaise
© EPA
Ligue des champions - Chelsea transcendé par la foi du champion à Liverpool. Ce mardi à 20 h 45


LONDRES Brandissant sa foi de nouveau champion d’Angleterre, Chelsea est convaincu de se diriger vers un fantastique triplé, qui passe par une victoire contre Liverpool lors de la demi-finale retour de la Ligue des champions de football (aller: 0-0), mardi à Anfield.

Déjà vainqueurs de la Coupe de la Ligue anglaise cet hiver, face à Liverpool (3-2 a.p.), les Blues se sont assuré samedi le deuxième titre de champion de leur histoire, 50 ans après le premier. Seuls deux matches les séparent donc encore d’un formidable achèvement.

«Si aller là-bas (à Liverpool) ne vous remplit pas de confiance, alors rien ne le fera», affirme Frank Lampard, le milieu de terrain anglais auteur des deux buts de la victoire samedi à Bolton (2-0), qui sera sans doute encore l’un des acteurs majeurs de ce match retour.

Jose Mourinho avait pris un risque en alignant samedi tous ses titulaires disponibles -hormis Joe Cole préservé- à trois jours d’un match si important. Le manageur portugais a considéré l’aspect psychologique avant le facteur physique. Les événements lui donneront-ils raison?

Implacable destin

«Croyez-moi, quand nous serons là-bas et que nous verrons nos supporteurs et les leurs, la moindre trace de fatigue s’envolera, estime John Terry, le défenseur et capitaine des nouveaux champions. Je me sens très frais. En fait, c’est la fraîcheur que j’ai ressentie toute la saison.»

La confiance sans bornes de Chelsea contre la vaillance des Reds, tel peut être le résumé de cette soirée. Le manageur espagnol Rafael Benitez avait en effet décidé de laisser samedi au repos quelques joueurs (Traoré, Hyypia, Baros, Luis Garcia, Biscan) face à Middlesbrough (1-1). Un choix qui lui a peut-être définitivement coûté la 4e place du Championnat, la dernière offrant une place pour la prochaine C1, mais qui devrait permettre à Liverpool de se présenter dans les meilleures dispositions physiques.

Cette dimension sera essentielle si les Reds veulent dérouter Chelsea de ce qui semble être son implacable destin. Au terme d’un match aller fermé et tactique, les deux équipes s’étaient séparées sur un score nul et vierge. Mais Chelsea est persuadé que, poussé par le Kop d’Anfield, Liverpool ne pourra que s’élancer vers ses buts, s’ouvrant au vent de ses contre-attaques.

Sens des réalités

Les Blues espèrent ainsi pouvoir compter sur leurs ailiers Duff et Robben, encore incertains, qui leur avaient tant manqué à l’aller. Liverpool, qui ne peut compter sur son milieu de terrain espagnol Xabi Alonso, suspendu, mais récupère à sa place l’Allemand Dietmar Hamann, ne devrait cependant pas commettre pas l’erreur de se découvrir inconsidérément.

Benitez sait qu’un but des Londoniens condamnerait presque définitivement son équipe, et devrait à nouveau concocter un schéma plutôt attentiste, misant peut-être sur un autre coup d’éclat de Steven Gerrard, auteur d’une exceptionnelle reprise de volée de 30m samedi en Championnat.

«C’est indiscutablement le plus grand match de ma vie et je suis sûr que c’est pareil pour chacun de mes coéquipiers», a prévenu le capitaine des Reds, qui rêve de donner une cinquième C1 à son club après 1977, 1978, 1981, 1984.

Eliminé l’an passé par Monaco au même stade des demi-finales (3-1, 2-2), Chelsea doit se méfier d’un Liverpool qui n’a cessé de surprendre juqu’ici en Ligue des champions. «C’est l’une des pires sensations que j’ai jamais eue, et je ne veux pas la connaître à nouveau», explique John Terry, qui saura rappeler les siens au sens des réalités après les festivités du week-end.

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info