Le coach liégeois détient le meilleur bilan sur dix-sept matches !

SCLESSIN Le Standard accueille le Lierse, samedi soir, à Sclessin. Michel Preud'homme avait repris l'équipe en main à la veille de la cinquième journée, par un déplacement au Lisp, et a désormais affronté toutes les équipes de D1.

En dix-sept matches de championnat, le successeur de Johan Boskamp a remis le Standard sur les rails... d'un TGV. Malgré trois arrêts en gare et deux ralentissements, sa vitesse de croisière - 38 points sur 51 depuis la cinquième journée - est plus élevée que celle de tous ses concurrents directs : sur les 51 points mis en jeu, Genk en a pris 37, Anderlecht, 35, La Gantoise, 36 et le Club Bruges, 30.

"Notre parcours est plus éprouvant que celui de Genk car nous n'avons plus droit à l'erreur. Nous jouons avec une grosse pression sur les épaules chaque semaine" , disait le coach au début de la remontée fantastique.

Car il fallait bien une remontée fantastique pour remonter le handicap de l'ère (éphémère) Boskamp. L'entraîneur batave n'avait pas résisté à son piètre bilan de 2 sur 12...

Bien sûr, l'ancien gardien des Diables Rouges a bénéficié des retours de Sergio Conceição, décisif dès son entrée en matière au Lierse, et d'Igor De Camargo, qui se bonifie au fil des semaines à l'instar de Milan Jovanovic. Mais Michel Preud'homme a surtout su marquer son noyau de son empreinte. Il a communiqué à ses joueurs sa rage de vaincre. Il a réuni son groupe autour d'un objectif : redonner au Standard sa place et son lustre d'antan. Pour le plus grand plaisir des supporters qui ne demandent qu'à voir des joueurs qui mouil- lent leurs maillots...

Désormais, le Standard contrairement à d'autres (regardez le choc de dimanche...) joue tous ses matches pour la victoire. La phalange rouche prend des risques pour prendre les trois points, quitte à perdre l'unité qu'elle détient. Cela a failli lui coûter le partage contre Anderlecht mais, dans le même temps, cela aurait pu lui valoir la victoire contre les Bruxellois. Cette approche offensive a permis au Standard d'inscrire 39 buts en dix-sept matches ! Pour 21 encaissés.

Si les Liégeois ont engrangé dou-ze succès depuis l'arrivée de Michel Preud'homme, c'est aussi parce que le staff rouche prépare minutieusement chaque match. Le Standard ne s'adapte pas à ses adversaires mais utilise ses meilleures armes pour profiter des faiblesses de ses opposants.

Michel Preud'homme sait aussi prendre ses responsabilités. Pour résister aux pressions - et confirmer Olivier Renard dans le but par exemple - mais aussi pour oser se passer des services de joueurs comme Sergio Conceição, Milan Rapaic ou Ricardo Sa Pinto quand il le juge nécessaire.



© La Dernière Heure 2007