Football Les pensées de Georges Arts sont déjà tournées vers la finale de Coupe face à Saint-Trond

LA LOUVIÈRE Arrivé en début de saison au Tivoli, l'ancien Alostois Georges Arts a dû patienter pendant plusieurs semaines avant de s'imposer dans l'équipe d'Ariel Jacobs et cela à cause d'une blessure à l'épaule. Mais depuis qu'il s'est installé dans l'arrière-garde hennuyère, le Flandrien a prouvé toute son efficacité en menant la vie dure aux attaquants adverses.

«Je peux être satisfait de ma saison, explique l'intéressé. Mais celle-ci n'est pas encore terminée et j'espère la conclure avec une victoire en Coupe de Belgique dans dix jours.»

Car comme pour la majorité de ses équipiers, le regard du défenseur louviérois est déjà tourné vers la finale de la Coupe de Belgique face à Saint-Trond.

«C'est une belle récompense pour un groupe qui a livré une saison sérieuse, ajoute Georges Arts. Une équipe comme La Louvière n'a pas l'occasion chaque année de prendre part à un événement comme celui-là. C'est pour cela qu'il ne faut pas laisser passer notre chance. À 33 ans, c'est la première fois que j'atteins ce stade de l'épreuve et j'imagine que je ne vais plus réussir cette performance à de nombreuses reprises avant de terminer ma carrière. C'est pour cela que je compte me donner à fond pour enlever la Coupe.»

Mais pour atteindre leur objectif, les Hennuyers devront prendre la mesure d'une équipe trudonnaire qui partira logiquement avec les faveurs des pronostics.

«Pour moi, c'est du 60/40 », narre le défenseur de la Raal qui foulera pour la première fois la pelouse du Heysel le premier juin. «Comme Saint-Trond terminera le championnat au-dessus de nous et qu'il a gagné ses deux affrontements contre La Louvière, il est logique qu'il soit favori. C'est peut-être une bonne chose pour nous car, comme cela, les Flandriens pourraient nous prendre de haut. Mais ce n'est pas comme si on devait défier Bruges ou Anderlecht. Ici, nous possédons de réelles chances de gagner. Sur un match, tout est possible. Pour réussir notre coup, il faudra d'abord bien contrôler le potentiel offensif des Canaris. Des éléments comme Boffin, Pereira, Van Geel et Mbonabucya peuvent faire la différence à chaque instant. Je me souviens que lors de notre déplacement à Saint-Trond, Boffin fut invisible pendant 75 minutes. Puis, lors du dernier quart d'heure, il est sorti de sa boîte pour inscrire deux buts. Le premier juin, il faudra aussi afficher un certain réalisme offensif. Ce qui nous a manqué en championnat.»

On le comprend, Georges Arts ne voudrait rater la finale de la Coupe pour rien au monde. «Se blesser contre Mons lors du dernier match de championnat samedi soir serait une petite catastrophe », conclut l'intéressé qui avoue avoir été contacté par le FC Molenbeek Brussels Strombeek. «Vu les nombreux bruits qui circulent actuellement, je pense que l'ambiance sera spéciale.»

On s'attend il est vrai à des réactions négatives des supporters qui ne veulent pas entendre parler d'une fusion.

© Les Sports 2003