La Commission centrale des arbitres a dévoilé lundi aux clubs de première division et à la presse les modifications du règlement en matière d'arbitrage pour la saison 2013-2014. Une modification de la règle du hors-jeu a soulevé le débat.

La CCA et son président Robert Jeurissen se sont servi de quelques vidéos de phases bien précises pour illustrer les modifications du règlement décidées par l'UEFA.

En matière de hors-jeu, une modification du règlement a soulevé le débat. Désormais, un joueur en position de hors-jeu à qui une passe en profondeur est adressée n'est plus signalé hors-jeu si il est situé à plus d'un mètre et 50 centimètres du défenseur. Car l'UEFA estime que l'attaquant ne dispute pas le ballon au défenseur, et peu importe si celui-ci rate son intervention car il sent l'attaquant prêt à plonger dans son dos malgré sa position de hors-jeu. "Que la balle lui soit adressée ou non ne compte pas", selon l'UEFA.

Pour le reste, un joueur est jugé en position de hors-jeu quand, derrière la défense au moment auquel le ballon lui est adressé, il dispute le ballon à son adversaire, il profite d'un ballon malencontreusement dévié par un défenseur ou d'un arrêt du gardien qui lui permettrait de récupérer le ballon.

En revanche, si une passe à un joueur en position hors-jeu est jouée délibérément par le défenseur mais qu'elle profite tout de même à l'attaquant, ce dernier ne sera pas signalé en position fautive.

CCA: Ses arbitres jugés sur différents "moments-clés"

La Commission centrale des arbitres (CCA) a décidé de définir une série de "moments-clés" lors de l'évaluation des prestations des arbitres pour la saison 2013-2014. "Ce sont avant-tout ces moments clés qu'il faudra tenir en compte", a déclaré Kris Bellon, Referee Manager au sein de l'Union belge de football (URBSFA).

Par moments clés, la fédération entend des phases de jeu qui peuvent avoir une influence sur le résultat d'une rencontre.

Ces moments clés concernent des décisions disciplinaires (tackle dangereux, usage des bras et des coudes, comportement violent, insultes, crachats,...), des décisions techniques (empêcher de marquer un but, notamment en touchant délibérément le ballon de la main, simulations), la prise d'une décision technique erronée qui a engendré un but ou son annulation, le fait de ne pas accorder un penalty évident, l'accord d'un penalty injustifié et la concession ou non d'un avantage qui peut mener à un but.

L'URBSFA encourage par ailleurs ses arbitres à se montrer intransigeants: une simulation devra être sanctionnée d'une carte jaune (mais ne pourra jamais l'être d'une carte rouge). Et en cas d'attroupement des deux équipes, l'arbitre devra au minimum adresser une carte jaune, si possible aux deux instigateurs de l'échauffourée.

Dans le même ordre d'idées, l'URBSFA a indiqué à ses arbitres que toute protestation devrait être sanctionnée d'une carte jaune.