La FIFA et la FIFPro ont conclu un accord de coopération afin de renforcer la collaboration entre les deux organisations, améliorer la gouvernance du football professionnel dans le monde et renforcer la protection des joueurs de football.

Les nouvelles règles décidées permettront d'uniformiser la résolution des litiges entre les joueurs et les clubs, notamment en ce qui concerne les procédures relatives aux retards de paiements, ont communiqué lundi les deux parties. Les changements prévoient par ailleurs une nouvelle disposition visant à prévenir les comportement abusifs des parties, tel qu'un club forçant un joueur à s'entraîner seul.

L'accord est le fruit de dix-huit mois de négociations entre la FIFA et les principales parties prenantes du football.

Le système des transferts connaîtra également des modifications et la Commission des Acteurs du Football de la FIFA a approuvé à cet égard la création d'un groupe de travail chargé d'analyser en profondeur ce système.

L'accent sera en outre mis sur la santé et la sécurité des joueurs, notamment par le biais du calendrier international des matches, qui doit faire l'objet de discussions avec tous les acteurs concernés.

En conséquence de ces engagements et de la mise en application de l'accord signé, la FIFPro retirera la plainte qu'elle avait déposée en septembre 2015 auprès de la Commission européenne à l'encontre de la FIFA.

"Aujourd'hui marque une étape importante dans l'amélioration de la gouvernance du football professionnel dans le monde", a déclaré Gianni Infantino, le Président de la FIFA. "Je suis convaincu que la même approche collaborative animera les discussions qui vont prochainement débuter au sujet de la révision du système des transferts. Toutes les parties, qu'il s'agisse des associations membres, des confédérations, des joueurs, des clubs ou des ligues ont un rôle important à jouer dans ce processus".

"La FIFPro est satisfaite du nouvel esprit de coopération affiché par la FIFA et de sa volonté de prendre en considération les inquiétudes des joueurs", a pour sa part expliqué Philippe Piat, le président de la FIFPro. "Cette entente mutuelle a permis d'initier les plus grands changements à la réglementation des transferts depuis 2001. Tandis que dans les ligues les plus riches, les footballeurs sont bien traités, dans d'autres, leurs droits sont régulièrement bafoués. Ces nouvelles règles aideront à protéger les 60.000 joueurs représentés par la FIFPro contre les traitements injustes".