Trois mois sans victoire pour l'Excel

MOUSCRON Le bilan chiffré des Mouscronnois commence tout doucement à devenir inquiétant. Lors de leurs huit dernières rencontres, les Hurlus ne sont parvenus qu'à décrocher trois partages. C'était à domicile face au Standard, au Brussels et récemment contre Saint-Trond. Plus inquiétant encore, les Frontaliers n'ont inscrit que trois buts pour en concéder quinze. Et depuis le départ de Bertin Tomou à la Can, ils n'ont pas réussi une seule fois à faire trembler les filets adverses.

Si on aurait sans doute tort de reporter tous les problèmes offensifs de l'Excelsior sur l'absence du buteur camerounais, force est de constater qu'il fait cruellement défaut. Pour se souvenir du dernier succès des Mouscronnois, il faut remonter au déplacement à Dender où comme par hasard, Tomou était l'auteur d'un triplé. Ce constat ne sert qu'à donner raison aux dirigeants mouscronnois quand ils disent faire de la recherche d'un attaquant, une priorité. Reste que le mercato touche tout doucement à sa fin et qu'aucune perle rare n'est encore apparue. Espérons néanmoins qu'un lièvre sorte du chapeau de la direction pour redonner à l'Excel sa fougue du début de saison.

Il serait en effet dommage de perdre tout le bénéfice d'une entame de championnat aussi brillante. Après le piètre bilan de deux points sur dix-huit décrochés en fin de premier tour sous l'ère Brys, le changement d'entraîneur et la bonne préparation en stage laissaient entrevoir de meilleurs auspices pour aborder les matches du second tour. Malheureusement, la réaction mouscronnoise se fait attendre. Face à La Gantoise, les hommes d'Enzo Scifo n'ont pas eu voix au chapitre.

Cette fois, avec la visite de Saint-Trond, renforcé mais néanmoins abordable, les Hurlus avaient une opportunité à saisir. Ils ne l'ont pas fait. Même les cadeaux de la défense trudonnaire qui permettaient à Custovic puis à Oussalah de filer en un contre un vers le gardien adverse n'ont pas permis de déflorer la marque. Le travail de Niçoise avait le mérite d'exister mais la réussite n'était pas au rendez-vous.

La mauvaise prestation de Mouscron n'était pas non plus à mettre sur le compte des suspensions de Toyes et Dugardein puisque dans des remplacements en poste pour poste, Teklak et Van Gijseghem ont fait leur travail. Les passes faciles qui n'aboutissent pas ou encore les contrôles de balle ratés témoignent du manque de confiance qui s'est emparé du groupe.

À n'en pas douter, Enzo Scifo devra trouver les bons mots pour rebooster le moral de ses troupes. Le temps presse et les fans s'impatientent.



© La Dernière Heure 2008