Le Brussels va crescendo

Football

Thibaut Hugé

Publié le

La capitaine Alan Haydock suit la même courbe de forme que sa formation

HESPERANGE Le premier test de taille de la préparation du Brussels a été brillamment réussi ce samedi soir face à Metz, dans les installations du Swift Hesperange au Grand-Duché. Les hommes d'Albert Cartier ont planté quatre goals à une formation tout juste promue en L1 sans en prendre un seul, signe d'une déjà très solide base défensive. Devant, Lutula, le nouveau transfuge, a, à nouveau, planté deux roses , ce qui porte son total à sept buts en quatre rencontres amicales. Les deux jou- eurs testés, le Tunisien Hardaoui et le Croate Muratovic, ont plu, plus particulièrement encore le premier nom- mé, et devraient être revus. Mais l'heure n'est cependant pas à l'eu- phorie.

Les Messins, éprouvés après une semaine très lourde sur le plan physique, n'étaient sans doute pas au top de leur forme et le même match dans un mois ne donnerait sans doute pas le même résultat. N'empêche, le Brussels est sur la bonne voie et progresse pas à pas. Alan Haydock, qui retrouve petit à petit ses sensations, est le premier à en témoigner.

"Nous étions sans doute déjà un petit peu plus avancés qu'eux. Nous avions surtout envie de passer un cap en ce début de saison. Cela est chose faite et c'est positif pour la suite. Harbaoui a fait un bon match devant. Il possède un style de jeu que nous n'avons pas encore dans l'équipe. Quant à Lutula, il est monté en même temps que moi (NdlR : à l'heure de jeu) et il a marqué à deux reprises. Il a le sens du but et a une bonne mentalité. Maintenant, il faut le laisser souffler un petit peu. Il a beaucoup donné ces dernières semaines pour se montrer sous son meilleur jour. Il faut aussi remettre ce match dans son contexte amical. Cela reste la préparation et nous devons encore beaucoup travailler pour être fin prêts."

Enfin de retour sur les terrains après une saison de galère, Alan Haydock, toujours capitaine sur les pelouses et en dehors, respire à nouveau la joie de vivre. Sa demi-heure de jeu à Hesperange a, en tout cas, eu le don de rassurer les supporters molenbeekois attachés à un des symboles du club.

"Les sensations éprouvées samedi me rassurent. Elles me donnent un boom incroyable. Je suis redevenu un joueur comme un autre. Maintenant, je sais qu'il me reste encore à travailler. Mais avec ce que je viens d'endurer, cela ne me fait plus peur au- jourd'hui. Le coach me donne autant de temps de jeu que les autres et gère parfaitement mon retour à la compétition."



© La Dernière Heure 2007

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info