Le capitaine péruvien Paolo Guerrero, 33 ans, déjà sanctionné provisoirement pour un "résultat anormal" à un test antidopage, a été suspendu un an pour dopage par la Commission de Discipline de la fédération internationale de football (FIFA) vendredi. Il ne disputera pas la Coupe du monde (14 juin-15 juillet) en Russie.

La période de suspension court à compter du 3 novembre 2017, date à laquelle le joueur de Flamengo avait été suspendu à titre provisoire, précise le communiqué de la Commission de Discipline de la FIFA. Cette suspension s'applique notamment à tous les matches nationaux et internationaux, amicaux ou officiels.

Guerrero (ex-Bayern Munich, Hambourg et Corinthians) avait fait l'objet d'un contrôle positif lors du match des qualifications de la Zone AMSUD Argentine-Pérou (0-0), le 5 octobre 2017 à Buenos Aires. Le produit interdit était la benzoylecgonine, un métabolite de la cocaïne, substance figurant sur la liste de l'Agence mondiale antidopage (AMA) sous la catégorie "S6. Stimulants".

Le Pérou, qui a éliminé la Nouvelle-Zélande - sans Paolo Guerrero - dans le barrage intercontinental, ne s'était plus qualifié pour une phase finale de Coupe du monde depuis 36 ans (1982). Il affrontera la France, l'Australie et le Danemark dans le Groupe C.

Guerrero absent, il se reposera sur son autre attaquant vedette Jefferson Farfan (Lokomotiv Moscou), 33 ans, 79 sélections et 23 goals inscrits, pour tenter de se hisser en huitièmes de finale.